Actualisé 12.06.2012 à 09:36

EducationInternet améliore l'expression écrite

Intégrer Internet dans l'enseignement permet d'améliorer les compétences des élèves en écriture narrative. Ils apprennent à raconter de manière plus vivante que les enfants qui consignent leurs textes sur le papier.

L'équipe de Hansjakob Schneider, de la Haute Ecole pédagogique de la HES du Nord-Ouest de la Suisse, a réparti en deux groupes 44 classes - soit 724 enfants âgés de sept à dix ans - des cantons d'Argovie, de Zurich et de Bâle-Campagne.

Le premier groupe s'est vu octroyer un accès à une plate-forme Internet à inscription obligatoire, sur laquelle les enfants pouvaient librement écrire et lire des textes, mais aussi en discuter. Dans le deuxième groupe, les élèves n'avaient pas de plate- forme, et consignaient leurs textes à la main, sur du papier.

Quant aux enseignants, ils avaient tous suivi une formation continue en didactique de l'écriture. Entre 2009 et 2012, les chercheurs ont évalué les textes produits par les enfants, a indiqué mardi le Fonds national suisse (FNS).

Nette différence

Résultats: les expériences d'écriture et de lecture qu'ils peuvent faire sur la plate-forme Internet permettent aux enfants d'améliorer leurs compétences en expression écrite. Au bout de trois ans, la différence entre les deux groupes était nette.

Elle était particulièrement frappante au niveau des marques linguistiques visibles à la surface des textes. Les enfants travaillant avec la plate-forme utilisaient davantage de conjonctions temporelles, comme «d'abord... ensuite», plaçaient des mots-signaux pour raviver la tension, comme «tout à coup» ou «prudemment», de même que des adjectifs et des verbes se rapportant à des émotions.

Leurs textes étaient plus vivants que ceux de l'autre groupe. Motif: ces élèves impliquaient davantage leurs lecteurs, ils voulaient leur plaire, et pouvaient déduire des textes les plus lus sur la plate-forme ce qui les séduirait.

Meilleure orthographe

Par ailleurs, leur orthographe était meilleure. Un point remarquable, dans la mesure où les enseignants ne les corrigeaient pas, souligne le FNS.

Dans le groupe Web enfin, les différences entre les genres se sont développées de façon moins marquée que dans le deuxième groupe: les enfants ont tous progressé de manière frappante. Dans le groupe papier, seules les filles ont développé de meilleures compétences en écriture. Les chercheurs supposent que les ordinateurs et Internet éveillent de façon particulière l'envie d'écrire chez les garçons.

Selon eux, la plate-forme se prêterait à l'enseignement de la langue à l'école. «La plate-forme MyMoment pourrait aussi être développée de telle sorte que les enfants n'apprennent pas seulement à mieux raconter par écrit, mais aussi à mieux rédiger des instructions ou à remanier des textes», conclut Hansjakob Schneider, cité dans le communiqué du FNS.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!