Envois suspects: Internet favorise le trafic de médicaments
Actualisé

Envois suspectsInternet favorise le trafic de médicaments

Le commerce illégal de médicaments douteux ou contrefaits est en plein essor sur internet. Au moins 50.000 envois illégaux entrent en Suisse par La Poste.

De janvier à août 2008, l'autorité de contrôle Swissmedic a recensé 450 envois suspects interceptés par les douaniers alors que pour toute l'année 2007, elle en avait dénombré 366. Il y en aurait au moins 50.000 qui arrivent chaque année illégalement en Suisse par La Poste.

Cette explosion des saisies en 2008 est due à une opération «coup de poing» menée à la mi-juin au bureau de douane de Zurich-Mülligen. Après avoir constaté qu'un tiers des envois signalés par les douaniers proviennent d'Inde ou de Thaïlande, Swissmedic et l'Administration fédérale des douanes (AFD) ont contrôlé durant deux jours la totalité des envois venant de ces deux pays. Les douaniers ont ouvert 311 envois sur 673 et 145 contenaient bien des médicaments.

Manque de personnel

«Malheureusement, ces chiffres ne représentent que la partie émergée de l'iceberg», a expliqué Karoline Mathys, responsable du secteur surveillance du marché de Swissmedic. «Nous estimons en effet à au moins 50.000 le nombre d'envois illégaux de médicaments qui entrent chaque année en Suisse par La Poste». «Si nous disposions de plus de personnel, nous pourrions effectuer davantage de contrôles et certainement intercepter un plus grand nombre d'envois suspects», a relevé Daniel Wanner de l'AFD.

Les «stimulants de la fonction érectile» arrivent en tête des produits illégaux ou contrefaits importés devant les produits pour maigrir et ceux destinés à la dépigmentation de la peau. «La très grande majorité des achats de médicaments sur internet sont faits par des personnes qui ignorent totalement les risques pour la santé», dénoncent les experts.

«Jouer à la roulette russe»

Les services de Swissmedic ont réalisé 44 analyses de 25 de ces stimulants érectiles: ces produits représentent un risque important pour celui qui les prend à cause des substances utilisées et de leur dosage incertain. «Prendre ces produits, c'est jouer à la roulette russe avec sa santé», pour Swissmedic. En outre, cela ne se justifie pas car l'approvisionnement en médicaments dans les pharmacies est sûr en Suisse.

Les autorités de contrôle, en collaboration avec les pharmaciens et l'industrie pharmaceutique, ont donc décidé de lancer une campagne de sensibilisation de la population afin d'endiguer ce flux de marchandises illégales. Du 20 au 25 octobre prochain, 520 pharmacies de Suisse dispenseront conseils et informations dans le cadre de cette campagne. (ap)

Ton opinion