Grèce: Intrusion d'anarchistes à l'AFP au nom de Fraisse

Actualisé

GrèceIntrusion d'anarchistes à l'AFP au nom de Fraisse

Une quinzaine de personnes se réclamant de la mouvance anarchiste grecque ont fait irruption dans les bureaux de l'AFP à Athènes mardi après-midi.

Une quinzaine de personnes ont exigé l'envoi depuis l'agence d'un texte sur la mort de Rémi Fraisse, un jeune écologiste tué sur le site de construction d'un barrage controversé dans le sud-ouest de la France.

Arrivés par groupes de quatre ou cinq, ils ont imposé leur présence pendant trente à quarante minutes dans les locaux de l'agence après avoir sonné à la porte.

Ils réclamaient d'envoyer depuis les ordinateurs et le mail de l'AFP un message en français pour déplorer les conditions de la mort de Rémi Fraisse. Ce message devait être adressé à une dizaine de groupes de la mouvance anticapitaliste et anarchiste en France.

Ton menaçant

N'ayant pas obtenu gain de cause, les intrus ont fini par quitter les lieux en répandant des tracts dans le bureau. Le ton initialement courtois des échanges avec les deux journalistes présentes est devenu plus menaçant en fin de visite, un membre du groupe laissant entendre que ce refus aurait des conséquences.

Une bombe artisanale avait explosé en 2008 à l'entrée des bureaux de l'Agence France-Presse (AFP) à Athènes, sans faire de blessés, un attentat revendiqué par «la Conspiration des cellules de feu», une organisation anarchiste largement démantelée depuis.

Depuis la mort de Rémi Fraisse le 26 octobre, plusieurs manifestations, parfois émaillées de violences comme à Nantes et Toulouse samedi dernier, ont été organisées dans toute la France. Son décès, le premier dans une manifestation réprimée par la police en France métropolitaine depuis 1986, a provoqué un choc dans le pays et mis dans l'embarras le gouvernement socialiste au pouvoir. (ats/afp)

Ton opinion