Proche-Orient: Invitées à Genève, mais privées de visa par Israël
Actualisé

Proche-OrientInvitées à Genève, mais privées de visa par Israël

Deux réalisatrices palestiniennes invitées aux Rencontres cinématographiques «Palestine: filmer c'est exister» (PFC'E) de Genève, se sont vu refuser leur permis de voyager.

Alaa Desoki et Athar Al Jadili disposent d'un visa de la part de la Suisse, selon les organisateurs de l'événement. Mais, en Israël, leurs demandes ont été frappées d'une non-entrée en matière, officiellement parce que le délai de 14 jours n'avait pas été respecté.

Responsable administrative du festival, Céline Brun a pourtant assuré le contraire vendredi à l'ats: les dossiers ont été déposés le 12 novembre, avec une sortie du territoire prévue pour le 26.

«L'équipe du PFC'E dénonce cette pratique systématique du gouvernement israélien pour empêcher les voix des Palestiniens de résonner au-delà des murs - réels et administratifs - qui les encerclent», écrit le comité de programmation dans un communiqué.

Le PFC'E est «le seul événement culturel entièrement dédié au cinéma palestinien en Suisse». Pour cette troisième édition, 26 films (documentaires et fictions) sont projetés de vendredi à dimanche au cinéma Spoutnik de Genève. Une soirée musicale, une exposition de photographies et un buffet oriental sont également au menu.

Huit cinéastes, dont six réalisatrices palestiniennes, ont été invités par le festival. Les organisateurs ont fait savoir qu'ils tenteront d'établir une connexion Skype avec Alaa Desoki et Athar Al Jadili. (ats)

Ton opinion