Irak: violences entre armée US et miliciens chiites
Actualisé

Irak: violences entre armée US et miliciens chiites

Au moins neuf personnes ont été tuées et 31 blessées dans de violents accrochages entre la milice du chef radical chiite irakien Moqtada Sadr et l'armée américaine dans le nord-est de Bagdad.

L'hôpital Imam Ali dans l'arrondissement populaire chiite de Sadr City a indiqué avoir reçu neuf morts et 30 blessés tandis qu'un porte-parole du ministère de la Défense a fait état de 31 blessés.

Six maisons ont été endommagées dans les combats qui ont duré quatre heures dans ce fief de l'Armée du Mehdi, la milice de Moqtada Sadr, selon le ministère.

Les forces américaines ont interpellé Adnane al-Oneibi, l'imam chiite d'une mosquée à Mahawil, à 80 km au sud de Bagdad mais qui vit à Sadr City, a indiqué Saheb al-Amiri, un responsable du mouvement Sadr.

«Nous dénonçons avec force les attaques menées par les forces américaines et irakiennes et nous demandons au gouvernement de protéger les citoyens contre ce genre d'agissements», a dit M. Amiri à l'AFP.

L'armée américaine a fait état, dans un communiqué, de combats avec des «insurgés» lors d'une opération conjointe avec les troupes irakiennes, sans déplorer de victimes dans les rangs des forces américaines ou irakiennes.

Selon elle, l'opération conjointe dans «l'est de Bagdad» s'inscrit dans le cadre des mesures de sécurité pour rétablir la stabilité dans la capitale irakienne plongée dans la violence.

«Les forces (américano-irakiennes) ont été immédiatement attaquées par des insurgés et un combat s'en est suivi», a affirmé le communiqué.

«Le raid avait pour but de capturer un chef de la guérilla responsable de la mort de nombreux Irakiens», selon le texte.

Un responsable du ministère irakien de la Défense a indiqué que l'opération avait commencé vers 02H00 locales (jeudi 22H00 GMT) et s'est achevée quatre heures plus tard. Elle visait quatre secteurs du quartier de Sadr City où vivent dans des conditions misérables deux millions d'habitants.

«La situation est tendue et l'Armée du Mehdi est déployée dans les rues», a affirmé ce responsable. Selon lui, le raid américain visait plusieurs individus impliqué dans des rapts.

Depuis les violents combats entre les forces américaines et l'Armée du Mehdi dans la ville sainte chiite de Najaf (centre) et Sadr City, d'avril à août 2004, les adversaires ont évité de s'affronter.

Mais, en février et mars derniers, les forces américaines ont mené des raids dans ce secteur contre des suspects impliqués dans des rapts, ce qui avait entraîné des accrochages ponctuels avec les miliciens chiites. (ap)

Ton opinion