Coup de gueule : Ireland Baldwin ne supporte plus les critiques
Actualisé

Coup de gueule Ireland Baldwin ne supporte plus les critiques

Sans cesse comparée à sa mère, Kim Basinger, et traitée de grosse, Ireland a décidé de mettre les choses au point. Elle a publié un long texte sur le web pour exprimer sa lassitude.

par
fab

Depuis qu'Ireland a décidé de se lancer dans le mannequinat, elle fait l'objet d'attaques régulières d'internautes. «Je reçois beaucoup d'e-mails haineux, de messages agressifs sur Twitter et je vois des commentaires insultants sur des sites people à mon sujet et celui de mes parents.» Même si elle est consciente que les citriques ont toujours existé et qu'elle devrait laisser couler, la fille de Kim Basinger et d'Alec Baldwin en a ras le bol. Elle a donc décidé de l'écrire dans un long message posté sur son profil tumblr.

«On me dit que je suis trop grosse pour être modèle, que je n'ai pas les mensurations d'un mannequin, que je suis une fille sans attrait, que je suis trop grande, etc, poursuit la jeune femme. Ok, je comprends tout cela. Je sais que je ne suis pas aussi glamour que Rosie Huntington Whiteley au moment de quitter la salle de gym. Je suis effectivement très en sueur. Mais ce que je ne comprends pas c'est ce qu'il y a de bien dans le fait de commenter une photo d'une jeune fille de 17 ans et de lui dire qu'elle est grosse, moche, etc.? Est-ce que cela vous aide d'une quelconque façon? Ça me laisse un peu perplexe.»

Un moyen de prendre confiance en soi

La jeune femme explique qu'elle s'est lancée dans le mannequinat pour tenter de trouver sa voie, sans ambition démesurée. «Une opportunité s'est présentée alors je l'ai saisie», dit-elle avant d'expliquer tout ce que cette expérience lui apporte de positif: «Je rencontre des gens incroyables, je voyage et surtout, je suis en train de prendre confiance en moi. Être modèle peut vraiment vous aider à vous voir sous un jour différent. J'ai surmonté de nombreuses luttes avec moi-même par rapport à l'estime de soi et l'image corporelle qu'on renvoie. Le mannequinat peut vraiment aider à vous sentir belle.»

Dans le monde de la mode, Ireland est évidemment souvent comparée à sa mère, Kim Basinger. Et ça, elle ne le supporte plus. «Je ne suis pas mes parents!», écrit-elle en majuscules avant de comparer son corps d'une personne «bien en forme» à celui de sa mère, une femme «petite et fragile». Surtout, Ireland ne comprend pas qu'on compare la carrière de Kim à la sienne qui ne fait que débuter. «Je suis encore une adolescente tentant de se sortir de cette période délicate. J'essaie toujours de comprendre tout ce truc. Comment sourire sans faire comme si je posais pour un album photo du lycée... comment repasser mes vêtements avant de fouler le tapis rouge... comment marcher sans tomber. Je suis encore en phase d'apprentissage.»

Elle paie les erreurs de son père

La jeune femme parle également de son père, connu pour son passé tumultueux. «Comme presque tout le monde, mon père a fait des erreurs dans son passé, reconnaît-elle. Mais ce n'est pas normal que je reçoive des menaces et des messages haineux par rapport aux erreurs passées de mon papa. Ce n'est pas juste. Je n'ai rien à voir avec ce qu'il a fait donc je ne comprends pas pourquoi on m'attaque là-dessus. Surtout, le plus important, c'est que mon père a évolué. Il a reconnu qu'il devait changer et c'est ce qu'il a fait. Il est maintenant en bonne santé, heureux en ménage et va bientôt avoir un bébé.»

En résumé, Ireland dit être «fière» de ses parents mais aimerait qu'on la considère et respecte pour ce qu'elle est. Toute seule. «Je ne veux pas être catégorisée comme «ce grossier petit cochon irréfléchi» ni comme «la fille d'Alec Baldwin et Kim Basinger», dit-elle. Et de conclure : «Avant de m'envoyer des messages haineux, prenez tout cela en considération. Parlez-moi! Je suis quelqu'un de gentil. Mais je ne pense pas être meilleure que les autres.»

Ton opinion