Actualisé 11.11.2008 à 15:24

Chauffeur de taxi poignardé

Irresponsable, le meurtrier sera interné au moins cinq ans

Le Tribunal de district de Hinwil (ZH) a reconnu coupable d'homicide volontaire l'homme qui a poignardé à mort un chauffeur de taxi le 16 septembre 2007 à Wetzikon (ZH).

Le Suisse de 56 ans devra suivre pendant au moins cinq ans une thérapie intensive.

Il sera enfermé à la prison zurichoise de Pöschwies. Des experts évalueront dans quelques années si l'homme, considéré comme dangereux, doit être interné à vie ou si il peut être libéré sous certaines conditions. Le meurtrier a par ailleurs été condamné à verser 60 000 francs aux parents de la victime à titre de dédommagement.

Malade et toxicomane

Lors du procès mardi, les juges ont estimé que l'accusé, psychiquement malade, toxicomane et alcoolique, n'était pas capable de discernement au moment des faits. L'accusation comme la défense demandaient un internement assorti d'une thérapie psychiatrique.

Le meurtre avait choqué par sa brutalité et son absence de scrupules. L'accusé, qui venait de passer la nuit dans un dancing, avait asséné un coup de couteau mortel dans le cou du chauffeur de taxi âgé de 25 ans.

Le jeune homme avait accepté de le ramener à la maison, mais il voulait d'abord terminer un téléphone. Cela a mis son client en rage. Le meurtrier avait pu être arrêté sur place.

Des antécédents judiciaires

L'affaire a suscité une longue polémique car le meurtrier n'aurait pas dû se trouver en liberté cette nuit-là. Une enquête a montré que les autorités zurichoises ont commis une série d'erreurs.

Condamné à une thérapie stationnaire en 2002 suite à une tentative de meurtre sur un policier, l'homme avait été libéré mi- 2005 au profit d'une thérapie ambulatoire. Comme celle-ci est restée infructueuse, le Tribunal cantonal de Zurich a ordonné fin août 2007 de le réincarcérer.

Mais l'homme n'a pas été arrêté car il avait été placé une nouvelle fois dans une clinique après avoir commis des déprédations. Pire: un juge, vraisemblablement pas informé de la décision du Tribunal cantonal, a accepté de le remettre en liberté environ 10 jours avant le meurtre du chauffeur de taxi. La clinique n'était pourtant pas d'accord. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!