Covid-19 – Isolement: le cas Nuria Gorrite met en lumière une nouvelle façon de calculer
Publié

Covid-19Isolement: le cas Nuria Gorrite met en lumière une nouvelle façon de calculer

Mise à l’isolement le 31 décembre par le médecin cantonal, Nuria Gorrite verra sa quarantaine arriver à terme le 6 janvier alors que les mesures en vigueur préconisent un délai de dix jours. Il ne s’agit pourtant pas d’une erreur de calcul.

par
Marc Fragnière
La présidente du Conseil d’État vaudois, Nuria Gorrite.

La présidente du Conseil d’État vaudois, Nuria Gorrite.

24 heures/Jean-Paul Guinnard.

«Je ne parlerai d’aucune situation particulière, qu’il s’agisse de celle de la présidente du Conseil d’État vaudois ou de quelqu’un d’autre, je suis soumis au secret médical», prévient d’emblée le Dr Karim Boubaker. Interrogé sur la durée de l’isolement imposé à Nuria Gorrite, le médecin cantonal a recentré le débat sur le cas des personnes qui se pensent asymptomatiques, comme cela était le cas de la politicienne.

«De plus en plus de personnes qui s’autotestent se découvrent soudainement positives. Quand je discute avec ces gens, j’insiste sur l’apparition des premiers symptômes et il arrive souvent que ces personnes se souviennent tout à coup d’une gorge qui grattait un peu, d’une fatigue inhabituelle ou encore d’un nez qui coulait, deux ou trois jours auparavant. Cela permet de déterminer la date à laquelle aurait dû débuter leur quarantaine et on comptabilise les dix jours de leur isolement depuis cette date-là.»

La porte ouverte à certains abus?

La durée de l’isolement reste bel et bien fixée à dix jours. Cette durée étant prise en compte à partir de l’apparition de symptômes, jusqu’à 72 heures avant le résultat du test, est-il précisé sur le site de l’État de Vaud. Une application de la règle qui laisse forcément craindre certains abus de la part de personnes malhonnêtes se souvenant soudainement de symptômes oubliés, fruits de leur imagination circonstancielle.

Dès lors que le cas Nuria Gorrite met en lumière cette manière de calculer, on peut déduire que l’apparition des premiers symptômes date du 28 décembre, raison pour laquelle l’élue socialiste a été placée en isolement jusqu’au 6 janvier.

Soirée animée au restaurant

Ton opinion

307 commentaires