Actualisé 29.09.2016 à 15:42

Funérailles

Israël fait ses adieux à Shimon Peres

Le peuple israélien a fait ses adieux à Shimon Peres jeudi, avant que les dirigeants de la planète ne convergent par dizaines à Jérusalem.

1 / 60
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas se sont longuement serré la main vendredi avant les funérailles de l'ancien président israélien Shimon Peres à Jérusalem. (30 septembre 2016)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas se sont longuement serré la main vendredi avant les funérailles de l'ancien président israélien Shimon Peres à Jérusalem. (30 septembre 2016)

kein Anbieter
Le président américain Barack Obama a classé vendredi le prix Nobel de la paix Shimon Peres parmi «les géants du 20e siècle» comme le leader sud-africain Nelson Mandela, lors des obsèques de l'ancien président israélien à Jérusalem. (30 septembre 2016)

Le président américain Barack Obama a classé vendredi le prix Nobel de la paix Shimon Peres parmi «les géants du 20e siècle» comme le leader sud-africain Nelson Mandela, lors des obsèques de l'ancien président israélien à Jérusalem. (30 septembre 2016)

Reuters
Les funérailles de Shimon Peres ont débuté peu après 08h30 suisses vendredi. (Vendredi 30 septembre 2016)

Les funérailles de Shimon Peres ont débuté peu après 08h30 suisses vendredi. (Vendredi 30 septembre 2016)

kein Anbieter

Des milliers d'Israéliens se sont recueillis jeudi devant le cercueil de Shimon Peres, exposé sur le parvis de la Knesset (Parlement). Les dirigeants de nombreux pays leur emboîteront bientôt le pas.

Depuis 9h00 du matin (8h00 en Suisse), le flux de visiteurs est ininterrompu sur le parvis du Parlement israélien, dont les portes ont été ouvertes exceptionnellement. Il est régulé par des dizaines de gardes qui distribuent des bouteilles d'eau et des consignes.

Une fois atteint le périmètre carré où est exposé le cercueil de Shimon Peres, chacun improvise un rituel de séparation. Beaucoup ont pris en photo le cercueil ceint du drapeau bleu et blanc frappé de l'étoile de David. Pas de solennité extrême, pas beaucoup de larmes, mais le sentiment qu'une page d'histoire commune était tournée.

Une mère de famille sert plus fort la main de sa fillette, et l'incite ensuite à s'approcher plus près. «C'était important que ma fille participe à ce moment charnière de notre histoire, que la génération suivante grandisse avec ce souvenir de Shimon Peres. C'est ce que je me suis dit devant son cercueil. Cet homme, c'est l'histoire d'Israël», dit Dalit Ben.

Père fondateur

Shimon Peres, mort à 93 ans, était le dernier père fondateur encore en vie de l'Etat hébreu. Il avait accompagné à différents postes toutes les étapes de la vie de cet Etat de 68 ans.

Les Israéliens interrogés ce jour-là retiennent majoritairement de Peres: la signature de l'accord d'Oslo, la dotation de l'arme nucléaire pour Israël et son hyper activisme en faveur des nouvelles technologies. Celles-ci sont centrales en Israël, qui est parfois appelée la «start-up nation».

«En m'arrêtant devant son cercueil, j'ai inspiré très fort, comme si je voulais absorber tout ce que cet homme peut m'apporter, m'inspirer de son leadership, de son implication pour la société. Si seulement on pouvait tous avoir un peu de Shimon Peres en nous», dit un chef de scout de 22 ans, venu rendre un dernier hommage à cette figure de l'histoire avec ses louveteaux.

Shimon Peres l'idéaliste ne manquait jamais une occasion de marteler sur tous les tons son message de paix, y compris parfois avec humour. Il a agi sur beaucoup d'Israéliens comme un diffuseur d'optimisme et un exemple. Et qu'il ne soit pas parvenu à cette paix à laquelle il aspirait tant importe peu. L'exemplarité et la démarche l'emportent dans le coeur des Israéliens.

Communion nationale

«Je suis quand même surpris. Si on m'avait dit il y a 20 ans que je viendrais rendre hommage à Shimon Peres dont je ne partage pas du tout les idées, je ne l'aurais jamais cru, mais je suis là et c'est émouvant pour moi. C'est un des pères de l'Etat», reconnaît Daniel, un franco-israélien.

Cette ambiance de communion nationale, rare dans une Israël de plus en plus divisée en tribus politiques et religieuses, est exactement ce qu'est venu respirer Zohar Wenger, un jeune étudiant de Yeshiva. «Je me souviens que quand j'étais soldat c'était mon rêve de pouvoir le rencontrer et ça ne s'est jamais fait. Aujourd'hui (...), je lui ai juste dit merci. Il a réussi à nous unir dans ce moment au-delà des générations et des idées politiques.»

Le cercueil sera exposé jusqu'à 21h00 (20h00 en Suisse). Vendredi, auront lieu les funérailles nationales en présence de nombreux chefs d'Etat, dont Barack Obama, François Hollande ou le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Aucune autre présence de dirigeants d'importants pays du Moyen-Orient n'a été officialisée pour l'instant.

Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann représentera la Suisse lors de ces funérailles, a indiqué à l'ats son Département fédéral. Bill Clinton n'a, quant à lui, pas attendu les funérailles de vendredi pour aller se recueillir sur le cercueil. L'ancien président des Etats-Unis peinait visiblement à contenir son chagrin. (nxp/afp)

Le président palestinien sera présent

Mahmoud Abbas assistera vendredi à Jérusalem aux obsèques du prix Nobel de la paix et ancien président israélien Shimon Peres, ont indiqué jeudi à l'AFP des hauts responsables palestiniens.

Mahmoud Abbas ne s'est pas rendu à Jérusalem pour une visite officielle depuis des années.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!