Actualisé 24.03.2019 à 11:16

Proche-OrientIsraël frappe Gaza après des jets d'engins explosifs

Des explosifs venant du côté palestinien ont déclenché le système d'alarme israélien samedi, provoquant une riposte de l'armée.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

L'armée israélienne a indiqué dimanche avoir frappé des positions du mouvement islamiste Hamas. Elle a réagi au fait que des Palestiniens ont lancé des engins explosifs sur la barrière séparant Israël de l'enclave palestinienne.

Selon un communiqué, des Palestiniens ont lancé des engins explosifs sur la barrière de sécurité entre le territoire israélien et la bande de Gaza. L'un de ces engins a provoqué le déclenchement du système d'alarme dans le sud d'Israël tard samedi.

«En riposte aux multiples engins ayant explosé près de la barrière, lors des émeutes, la nuit, près de la frontière, les appareils israéliens ont ciblé deux postes d'observation du Hamas dans le sud de la bande de Gaza», précise le communiqué.

La bande de Gaza est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l'armée israélienne.

Bande de Gaza

L'envoi de cerfs-volants et de ballons dotés d'un rudimentaire dispositif incendiaire ou explosif a constitué l'un des aspects de la vaste mobilisation palestinienne. Israël a promis de riposter systématiquement.

Dimanche, le ministère gazaoui de la Santé a annoncé qu'un Palestinien, Habib al Masri, blessé lors des affrontements avec les troupes israéliennes, a succombé. Le ministère n'a pas précisé quand ce Palestinien avait été blessé.

Vendredi, deux Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de heurts en deux endroits distincts le long de la frontière.

Au moins 258 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis mars 2018, la grande majorité le long de la frontière. Des autres ont perdu la vie dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave gouvernée par le mouvement islamiste Hamas.

Du côté israélien, deux soldats ont été tués depuis cette date. Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a appelé à une large mobilisation le 30 mars. Il veut marquer le premier anniversaire du mouvement de contestation, contre le blocus israélien et pour le droit des Palestiniens à retourner sur les terres qu'ils occupaient avant la création d'Israël en 1948. Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!