Actualisé 09.02.2017 à 06:27

GolanIsraël frappe une position de l'armée syrienne

Cette frappe lancée mercredi fait suite à un tir de char du côté israélien de la ligne de démarcation.

1 / 150
Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH).  (Vendredi 1er février 2019)

Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH). (Vendredi 1er février 2019)

AFP
Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Keystone
Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Keystone

L'armée israélienne a annoncé avoir frappé mercredi soir une position de l'armée syrienne sur le plateau du Golan en riposte à un tir d'obus de char du côté israélien de la ligne de démarcation.

L'engin tiré vers la partie du Golan occupée par Israël, probablement un tir perdu résultant des combats en Syrie, n'a pas fait de victime, a-t-on ajouté de sources militaires. L'armée israélienne a répliqué en prenant pour cible une «position du régime» de Bachar el-Assad du côté syrien du plateau, selon les mêmes sources.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. Israël s'emploie à rester à l'écart du conflit en Syrie, tout en se réservant le droit d'y mener des opérations ponctuelles contre l'un de ses grands ennemis, le Hezbollah chiite libanais, engagé dans le conflit au côté de Bachar el-Assad.

Le côté israélien du plateau du Golan est cependant régulièrement atteint par des projectiles venus de Syrie et généralement considérés comme des tirs perdus, auxquels Israël a répondu à plusieurs reprises récemment.

Israël a annexé en 1981 la partie du Golan (1200 km2) qu'il occupait depuis 1967 et la guerre des Six Jours. Cette annexion n'est pas reconnue par la communauté internationale, qui considère toujours le territoire comme syrien. Environ 510 km2 restent sous contrôle syrien. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!