Actualisé 09.01.2009 à 21:39

Proche-Orient

Israël ignore l'appel de l'ONU à un cessez-le-feu immédiat

Israël a décidé vendredi d'ignorer l'appel du Conseil de sécurité de l'ONU à un cessez-le-feu immédiat.

Défiant la communauté internationale, il a poursuivi ses attaques sur Gaza, où plus de 800 Palestiniens ont péri en deux semaines.

La décision a été prise par le cabinet de sécurité israélien présidé par le premier ministre sortant Ehud Olmert. «L'armée continuera d'agir pour atteindre les objectifs de son opération, c'est-à-dire changer la réalité sécuritaire dans le sud d'Israël», a-t-il affirmé.

Le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, s'est quant à lui estimé non «concerné» par la résolution de l'ONU. Réagissant à son appel à une «journée de colère» contre l'offensive à Gaza, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Amman, Koweït, Bagdad, en Egypte et en Cisjordanie occupée ainsi qu'à Jérusalem-est.

Abstention américaine

Adoptée par 14 des 15 membres du Conseil de sécurité - les Etats- Unis s'abstenant -, la résolution 1860 «appelle à un cessez-le-feu immédiat, durable et pleinement respecté, menant au retrait complet des forces israéliennes de Gaza».

Elle «condamne toute violence dirigée contre des civils» et appelle «à la fourniture sans obstructions (...) de l'aide humanitaire». Le texte appelle aussi les Etats à favoriser la mise en place à Gaza de dispositifs garantissant la fin de la contrebande d'armes depuis l'Egypte et «la réouverture des points de passage».

Négociations au Caire

Pendant ce temps au Caire, les négociations entamées en vue d'un cessez-le-feu semblaient piétiner en raison d'un différend entre l'Egypte et Israël sur la sécurisation de la frontière du territoire palestinien.

Le Caire serait hostile au déploiement de forces étrangères du côté égyptien de cette frontière, admettant tout au plus un renforcement de l'aide technique pour aider ses propres troupes à lutter contre le trafic d'armes à destination du Hamas.

«Le sentiment que le plan franco-égyptien ne fonctionnera pas gagne du terrain», a déploré un diplomate européen. Une délégation du Hamas doit se rendre au Caire samedi pour se joindre aux pourparlers.

Nouveaux morts

Sur le terrain, l'Etat hébreu a lancé vendredi des attaques aériennes contre plus de 50 cibles de la bande de Gaza, visée également par des tirs d'artillerie. Au moins 25 Palestiniens ont été tués, dont deux femmes et une fillette ainsi que six membres d'une même famille, selon des sources médicales palestiniennes.

Selon des témoins, les raids aériens ont continué durant la pause de trois heures des opérations israéliennes «pour raisons humanitaires». Tsahal a fait état dans le même temps du tir d'une trentaine de roquettes sur le sud d'Israël depuis Gaza, qui ont fait un blessé léger.

Plus de 800 morts

Au total, l'offensive israélienne a coûté la vie à au moins 800 Palestiniens dont plus de 200 enfants et une centaine de femmes et des dizaines d'autres civils. Elle a aussi fait plus de 3330 blessés depuis son lancement le 27 décembre, selon un dernier bilan de sources médicales à Gaza.

Côté israélien, trois civils et 10 soldats ont été tués et 154 blessés dont 123 légèrement, selon l'armée.

Civils visés

Dans ce qu'il a qualifié «de l'un des plus graves incidents» depuis le début de l'offensive, l'Office de l'ONU pour la coordination humanitaire (OCHA) a indiqué que l'armée avait tué 30 civils le 5 janvier. Ils faisaient partie d'un groupe de 110 Palestiniens rassemblés par les soldats dans une maison de Gaza.

L'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a elle suspendu pour le deuxième jour ses convois à Gaza après que l'un d'eux ait été frappé par des obus israélien, mais elle poursuit son aide.

Dénonçant un bilan «inacceptable» parmi les civils, la Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Navi Pillay, a exigé une enquête indépendante sur les violations du droit humanitaire et l'application «immédiate» du cessez-le-feu demandé par le Conseil de sécurité.

(ats)

Les Nations unies vont reprendre leurs opérations humanitaires dans la Bande de Gaza «dès que concrètement possible», a indiqué vendredi Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'ONU. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a suspendu jeudi la distribution de son aide humanitaire à Gaza, après la mort de deux de ses chauffeurs, tués dans des frappes aériennes israéliennes sur des camions portant le logo de l'ONU. Michèle Montas a expliqué vendredi que les autorités israéliennes avaient indiqué regretter «profondément» ces événements. Elle a également affirmé avoir reçu des «garanties crédibles» sur la sécurité des personnels et des installations, ainsi que sur le respect des opérations humanitaires de l'ONU.

Les Nations unies vont reprendre leurs opérations humanitaires dans la Bande de Gaza «dès que concrètement possible», a indiqué vendredi Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'ONU. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a suspendu jeudi la distribution de son aide humanitaire à Gaza, après la mort de deux de ses chauffeurs, tués dans des frappes aériennes israéliennes sur des camions portant le logo de l'ONU. Michèle Montas a expliqué vendredi que les autorités israéliennes avaient indiqué regretter «profondément» ces événements. Elle a également affirmé avoir reçu des «garanties crédibles» sur la sécurité des personnels et des installations, ainsi que sur le respect des opérations humanitaires de l'ONU.

Les Nations unies vont reprendre leurs opérations humanitaires dans la Bande de Gaza «dès que concrètement possible», a indiqué vendredi Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'ONU. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a suspendu jeudi la distribution de son aide humanitaire à Gaza, après la mort de deux de ses chauffeurs, tués dans des frappes aériennes israéliennes sur des camions portant le logo de l'ONU. Michèle Montas a expliqué vendredi que les autorités israéliennes avaient indiqué regretter «profondément» ces événements. Elle a également affirmé avoir reçu des «garanties crédibles» sur la sécurité des personnels et des installations, ainsi que sur le respect des opérations humanitaires de l'ONU.

Les Nations unies vont reprendre leurs opérations humanitaires dans la Bande de Gaza «dès que concrètement possible», a indiqué vendredi Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'ONU. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a suspendu jeudi la distribution de son aide humanitaire à Gaza, après la mort de deux de ses chauffeurs, tués dans des frappes aériennes israéliennes sur des camions portant le logo de l'ONU. Michèle Montas a expliqué vendredi que les autorités israéliennes avaient indiqué regretter «profondément» ces événements. Elle a également affirmé avoir reçu des «garanties crédibles» sur la sécurité des personnels et des installations, ainsi que sur le respect des opérations humanitaires de l'ONU.

Les Nations unies vont reprendre leurs opérations humanitaires dans la Bande de Gaza «dès que concrètement possible», a indiqué vendredi Michèle Montas, porte-parole du secrétaire général de l'ONU. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a suspendu jeudi la distribution de son aide humanitaire à Gaza, après la mort de deux de ses chauffeurs, tués dans des frappes aériennes israéliennes sur des camions portant le logo de l'ONU. Michèle Montas a expliqué vendredi que les autorités israéliennes avaient indiqué regretter «profondément» ces événements. Elle a également affirmé avoir reçu des «garanties crédibles» sur la sécurité des personnels et des installations, ainsi que sur le respect des opérations humanitaires de l'ONU.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!