Actualisé 19.11.2019 à 16:23

Moyen-OrientIsraël intercepte des roquettes lancées de Syrie

Tsahal affirme avoir intercepté quatre roquettes lancées de Syrie tandis que des explosions sont rapportées près de l'aéroport de Damas.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Israël a mené des bombardements en Syrie près de Damas «en réponse» à des tirs de roquettes venus du pays en guerre, a indiqué mardi une ONG. Les médias étatiques ont évoqué des «explosions» entendues près de l'aéroport de la capitale.

L'armée israélienne n'a pas annoncé avoir mené des frappes en Syrie. Toutefois elle a indiqué tôt mardi matin avoir intercepté quatre roquettes tirées de la Syrie voisine et, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'Etat hébreu a mené des raids de représailles.

Plusieurs raids

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a mené plusieurs raids en Syrie contre le régime de Damas, mais aussi ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah libanais, des ennemis de l'Etat hébreu.

«Des avions israéliens ont tiré des missiles sur des positions au sud et au sud-ouest de Damas», a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, indiquant que la défense anti-aérienne du régime syrien avait été activée. «Les bombardements israéliens ont visé des positions tenues par des groupes prorégime, d'où sont partis les missiles ayant visé Israël», a-t-il précisé.

Près de l'aéroport

Ces positions pourraient être tenues par le Hezbollah, engagé au côté du pouvoir de Bachar el-Assad, ou des factions palestiniennes, d'après l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie. L'agence officielle syrienne Sana a seulement rapporté «des explosions entendues près de l'aéroport de Damas», sans plus de détails.

Le 12 novembre, une frappe imputée à Israël par l'agence Sana avait visé à Damas la maison d'une figure du groupe armé palestinien Jihad islamique, Akram Ajouri. Deux personnes avaient été tuées, dont son fils. Le même jour, une attaque israélienne dans la bande de Gaza a tué un haut commandant de l'organisation. Par ailleurs, l'Etat hébreu martèle régulièrement qu'il ne laissera pas la Syrie devenir la tête de pont de Téhéran.

Déclenché par la répression de manifestations par le pouvoir de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères. Il a fait plus de 370'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

1 / 23
Congrès de Bâle
Congrès de Bâle

En 1897, le journaliste et écrivain Theodor Herzl réunit à Bâle le premier congrès sioniste qui aspire à créer, pour le peuple juif, un foyer en Palestine garanti par le droit public. Du côté arabe, après des protestations de notables de Jérusalem, les premières organisations politiques sont créées en 1911 à Haïfa et à Jaffa pour lutter contre le sionisme.

Keystone
Déclaration Balfour
Déclaration Balfour

Il y a 100 ans, la déclaration Balfour a ouvert la voie à la création de l'Etat d'Israël.Le 2 novembre 1917, ce texte signé par le chef de la diplomatie britannique Arthur Balfour affirme que «le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif».

AFP
Congrès de la Palestine arabe
Congrès de la Palestine arabe

En 1919, le premier congrès palestinien qui s'est tenu à Jérusalem refuse l'établissement d'un foyer national juif. Lors du 3e congrès qui a eu lieu à Haïfa (voir image), les délégués déclarent illégale administration britannique.

kein Anbieter

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!