Flottille attaquée: Israël rejette la décision de l'ONU
Actualisé

Flottille attaquéeIsraël rejette la décision de l'ONU

Israël a rejeté jeudi une résolution du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU approuvant une enquête internationale sur le raid israélien contre une flottille humanitaire pour Gaza.

L'Etat hébreu a estimé que cette instance n'avait aucune «autorité morale».

«L'autorité de ce Conseil qui s'acharne une fois de plus de façon obsessionnelle contre Israël a atteint le zéro absolu», a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ygal Palmor.

Selon lui, des pays comme «Djibouti, le Pakistan, Cuba ou l'Arabie saoudite sont très mal placés pour se présenter comme des défenseurs des droits de l'Homme qu'ils violent massivement».

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a lui adopté mercredi à Genève une résolution approuvant la mise en place d'une «mission d'enquête internationale» sur l'intervention militaire lundi contre la flottille humanitaire qui a fait neuf tués et des dizaines de blessés.

Votée par 32 pays

Au total, cette résolution a été approuvée par 32 des 47 membres du Conseil. Trois pays se sont prononcés contre, dont les Etats- Unis. L'Union européenne a, elle, voté en ordre dispersé, la France et le Royaume-Uni ayant choisi de s'abstenir.

Ce même Conseil des droits de l'homme avait mandaté le juge sud- africain Richard Goldstone pour enquêter sur l'opération «Plomb durci» conduite par l'armée israélienne à Gaza contre le mouvement islamiste Hamas (décembre 2008-janvier 2009) qui avait fait plus de 1400 tués palestiniens.

Israël a refusé de coopérer avec cette commission d'enquête qui, dans ses conclusions, a accusé Israël et des groupes palestiniens armés d'avoir commis des crimes de guerre et recommandé la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) si l'Etat hébreu refusait d'ouvrir une enquête «crédible».

(ap)

Nationalité des victimes

Huit Turcs et un Américain d'origine turque ont été tués dans le raid israélien sur la flottille d'aide à Gaza, a annoncé jeudi l'agence Anatolie, citant les rapports des experts et médecins légistes. Les neuf victimes ont toutes été tuées par balle.

Les nationalités ont été révélées après des examens à l'Institut de médecine légale d'Istanbul, où les corps avaient été transférés d'Israël tôt dans la matinée.

Les médecins légistes ont trouvé des impacts de balles sur les corps de toutes les victimes et ont également établi que l'une d'elles a été tuée par un tir à bout portant.

Ils ont précisé que les circonstances exactes des décès seraient mieux connues une fois réalisés des examens balistiques, qui devraient prendre environ un mois. /ats

Ton opinion