Actualisé 02.10.2011 à 13:01

Proche-Orient

Israël veut relancer les discussions

Israël a accueilli «favorablement» la déclaration du Quartette pour relancer les négociations de paix. Il a appelé les Palestiniens à reprendre les discussions.

«Israël accueille favorablement l'appel du Quartette pour des négociations directes entre les parties sans pré-conditions, comme l'ont demandé à la fois le président Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu», indique un communiqué du bureau de M. Netanyahu.

Cette réaction officielle d'Israël est la première à la proposition du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) de reprendre les négociations de paix avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

«Bien qu'Israël ait des réserves qui seront soulevées au moment approprié, il appelle l'Autorité palestinienne à suivre son exemple et engager des négociations directes sans tarder», souligne le communiqué.

Mesure récente

Dans une déclaration publiée après le dépôt le 23 septembre d'une demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU, le Quartette propose une reprise des pourparlers israélo-palestiniens avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

Palestiniens et Israéliens se rencontreraient une première fois dans un mois pour établir «un calendrier et une méthode de négociations», selon le communiqué du Quartette.

Toutefois, les Palestiniens consièrent que le document du Quartette contient un appel à un gel de la colonisation tandis que les Israéliens estiment qu'il ne comporte aucune condition préalable à la reprise des discussions.

Souhait

Laissant planer des ambiguïtés, la déclaration du Quartette appelle les deux parties «à se garder d'actes provocateurs et réitère (leurs) obligations découlant de la Feuille de route» de 2003.

Cette Feuille de route exigeait à la fois «la cessation de la violence et du terrorisme» et un «gel de la colonisation» israélienne.

Pour reprendre les discussions, les Palestiniens réclament un gel des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée et demandent que toute reprise du dialogue soit basée sur les lignes du 4 juin 1967, c'est-à-dire comprenant la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est dont ils veulent faire leur capitale.

Appel par Clinton

Samedi, le négociateur palestinien Nabil Chaath a exigé du Quartette une référence explicite à un gel de la colonisation et du Premier ministre israélien qu'il l'accepte publiquement. Les Israéliens se refusent à tout gel de la colonisation.

Lors d'une interview à la chaîne de télévision égyptienne Al- Hayat, dont le texte a été publié samedi par le département d'Etat, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a aussi appelé les Palestiniens et Israël à reprendre les négociations et à s'abstenir de toute provocation.

Le président Abbas a présenté la demande historique d'adhésion d'un Etat de Palestine comme membre à part entière de l'ONU sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

(ats)

Les Palestiniens exigent à nouveau un gel des colonies avant de négocier

Les Palestiniens ont réclamé à nouveau dimanche un gel de la colonisation israélienne en réponse à la réaction favorable d'Israël à la proposition du Quartette pour le Proche-Orient de reprendre les pourparlers de paix.

«S'il (le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu) accepte le communiqué du Quartette alors il doit annoncer un arrêt de la colonisation, y compris de sa croissance naturelle, et accepter le principe des frontières de 1967 parce que c'est clairement ce que demande le Quartette», a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Dans un bref communiqué de son bureau, M. Netanyahu a accueilli «favorablement» dimanche la déclaration du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, ONU et Russie) pour relancer les négociations de paix et a appelé les Palestiniens à reprendre les discussions directes «sans tarder».

Le communiqué israélien est «une manoeuvre visant à tromper la communauté internationale», a répondu M. Erakat, interrogé par téléphone du Caire, où il rencontre le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

Palestiniens et Israéliens divergent profondément sur l'interprétation à donner à ce communiqué du Quartette qui a proposé le 23 septembre la reprise des négociations de paix avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

Les Palestiniens considèrent qu'il contient un appel à un gel de la colonisation et fait référence aux lignes de juin 1967, tandis que les Israéliens estiment qu'il ne comporte «aucune condition préalable» à la reprise des discussions.

Laissant planer des ambiguïtés, la déclaration du Quartette appelle en effet les deux parties «à se garder d'actes provocateurs et réitère (leurs) obligations découlant de la Feuille de route» de 2003.

Cette Feuille de route exigeait à la fois «la cessation de la violence et du terrorisme» et un «gel de la colonisation» israélienne.

Pour reprendre les discussions, les Palestiniens réclament un gel des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée et demandent que toute reprise du dialogue soit basée sur les lignes du 4 juin 1967, c'est-à-dire comprenant la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est dont ils veulent faire leur capitale.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!