Israël veut une force internationale pour cesser le feu
Actualisé

Israël veut une force internationale pour cesser le feu

Israël n'arrêtera son offensive contre le Hezbollah que lorsqu'une force internationale «robuste» sera en place au Sud-Liban, a déclaré le Premier ministre israélien Ehoud Olmert.

«Israël arrêtera les combats lorsque la force internationale sera présente dans le sud du Liban», a-t-il affirmé lors d'un entretien accordé à l'agence AP dans son bureau de Jérusalem. «Nous ne pouvons arrêter avant, car s'il n'y a pas une force militaire internationale robuste et très efficace, le Hezbollah sera là et nous n'aurons rien accompli».

Selon lui, cette force devrait être également déployée le long de la frontière libano-syrienne «pour empêcher le trafic d'armes entre la Syrie et le Liban qui a lieu actuellement».

Ehoud Olmert exclut par ailleurs que la Syrie et ses dirigeants «imprudents» et «immatures» puissent jouer un rôle dans le règlement de la crise. «Je ne crois pas que la Syrie soit prête ou même disposée à tout acte de modération», dit-il.

Le Premier ministre israélien assure que son gouvernement privilégie une solution diplomatique, mais avertit qu'»Israël n'a pas peur des combats». «Personne ne peut intimider Israël. Aucune quantité de roquettes et de missiles ne peut empêcher Israël d'exercer son droit fondamental à se défendre», dit-il en référence aux 2.000 roquettes du Hezbollah tombées sur le nord d'Israël depuis le 12 juillet.

Défendant les opérations de Tsahal au Liban, il affirme que l'armée israélienne cherche à épargner les civils libanais, dont au moins 460 ont été tués depuis le début de l'offensive. «Chaque fois que nous tuons un civil, nous considérons que c'est un échec et nous en sommes vraiment désolés».

Ehoud Olmert rappelle que l'Etat hébreu exige la libération sans condition des deux soldats israéliens capturés par le Hezbollah le 12 juillet, lors d'une attaque qui a déclenché l'offensive israélienne. On peut voir sur une table dans son bureau les photos des deux soldats ainsi que celle du caporal Gilad Shalit, capturé par des militants du Hezbollah le 25 juin dans la Bande de Gaza.

Les offensives simultanées de l'Etat hébreu au Liban et dans la Bande de Gaza ont soulevé des questions sur la capacité d'Ehoud Olmert à mettre en oeuvre son projet de désengagement de Cisjordanie. «Je vais vous surprendre», répond le chef du gouvernement israélien. «Je crois vraiment que le résultat du (conflit) actuel et l'émergence d'un nouvel ordre qui renforcera la stabilité et vaincra les forces de la terreur, aideront à créer l'environnement nécessaire qui me permettra (...) de créer une nouvelle dynamique entre nous et les Palestiniens». Et d'affirmer: «nous voulons nous séparer des Palestiniens. Je suis prêt à le faire». (ap)

Ton opinion