Actualisé 03.10.2018 à 19:30

Genève«J'achète des centaines de milliers de Lego par mois»

Palexpo accueille dès jeudi, et jusqu'en janvier, une exposition faite exclusivement en Lego. Elle parcourt le globe depuis 2007.

von
Lucie Fehlbaum

Images et montage: Yvan Golaz. Journaliste: Lucie Fehlbaum

«Les Lego rendent l'art accessible à ceux qui ne sont pas habitués aux musées. Ils se sentent connectés à ce matériau très familier.» La Halle 7 de Palexpo accueille dès jeudi, et jusqu'au 6 janvier, une exposition qui rendrait fou n'importe quel maquettiste. Un million de pièces de Lego sont exposées, assemblées en sculptures variées. Reproduction de la Joconde, portrait de Bob Dylan, montre Swatch (Suisse oblige...) ou œuvres plus personnelles, l'artiste Nathan Sawaya crée exclusivement grâce à la brique originaire du Danemark. Inventé à la fin des années 1940, le jouet a changé la vie de cet ancien avocat américain reconverti en artiste contemporain.

Dans ses ateliers de New York et de Los Angeles, le sculpteur a toujours à disposition 2,5 millions de pièces Lego. Il n'est pourtant pas financé par la marque. «Je dois acheter mes briques, mais comme j'en commande plusieurs centaines de milliers par mois, je suis un client particulier», a avoué Nathan Sawaya mercredi, jour du vernissage de son exposition «The art of the brick». La marque danoise l'a consacré professionnel certifié, une distinction que partagent seize autres amoureux du Lego.

L'exposition a voyagé à travers le globe depuis 2007. Elle fonctionne comme un inventaire de la carrière de l'artiste. «Le parcours se compose de galeries, qui se concentrent toutes sur un aspect différent, l'une expose des émotions plus sombres par exemple», a précisé Nathan Sawaya. Pas de message particulier, donc, si ce n'est l'universalité de la petite brique: «Les réactions sur le visage des gens sont pareilles à travers la planète.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!