Berne: «J'ai compris que j'avais un problème d'addiction»
Actualisé

Berne«J'ai compris que j'avais un problème d'addiction»

Certains jeunes passent beaucoup trop de temps sur leur smartphone. Une association veut limiter cette surconsommation au moyen d'une application.

par
km/jbm
Dès quils ont du temps libre, certains se ruent sur leur natel.

Dès quils ont du temps libre, certains se ruent sur leur natel.

«Je regarde des séries, je joue, j'écris à mes amis, je réagis sur les réseaux sociaux, confie un jeune adulte. Et cela me prend en moyenne cinq heures par jour.» Conséquence: la famille et les proches sont laissés de côté. Une situation regrettable quand on sait que ces heures passées en ligne se font souvent sans but. «J'ai compris que j'avais un problème d'addiction!» confie ce témoin.

Une autre personne, qui travaille dans le secteur des soins, avoue que lors de sa pause de trois heures entre deux services elle ne fait que pianoter sur son natel. S'étant rendu compte du temps passé ainsi, elle s'est limitée à une consommation raisonnable et met souvent son portable en mode avion.

Une application

Afin d'éviter une surconsommation risquée, la Croix-Bleue de la région Berne, Soleure, Fribourg, une association qui vient en aide aux personnes dépendantes de l'alcool, lance un projet destiné aux adolescents. Une application mesurera leur temps passé en ligne et leur permettra de prendre conscience des heures gaspillées sur leur natel et de moins négliger leurs proches.

Une prise de conscience

Aujourd'hui, les ados passent environ deux heures et demie par jour sur leur téléphone. Pour Markus Wildermuth, chef adjoint à la Croix-Bleue, cette dépendance peut devenir problématique. Avec cette app, les utilisateurs seront rendus attentifs au temps qu'ils restent scotchés sur leur smartphone. «Les personnes qui téléchargeront cette app devraient ainsi gagner du temps pour d'autres activités», assure Markus Wildermuth.

Ton opinion