Anaïs soutient Orelsan: «J'ai été touchée en entendant ce morceau»

Actualisé

Anaïs soutient Orelsan«J'ai été touchée en entendant ce morceau»

Après la montée au créneau de femmes politiques et de partis français, une personne vient de prendre la défense du rappeur Orelsan critiqué pour sa chanson «Sale pute». Il s'agit de la chanteuse Anaïs.

La polémique a pris une ampleur impressionnante suite aux levées de boucliers de blogueuses, suivies par des politiciennes comme la Secrétaire d'Etat à la Solidarité Valérie Letard, des associations comme Ni Putes Ni Soumises et même des partis politiques comme le PS ou l'UMP. Tous condamnaient les propos tenus par le rappeur normand Orelsan dans une chanson datant pourtant de trois ans plus tôt et dont la seule trace restait sur les sites de partage de vidéos en ligne.

Face à cette masse de protestations, le chanteuse Anaïs a tenu à apporter son soutien au rappeur. «Je suis très attristée de ce qui se passe autour d'Orelsan en ce moment, j'ai l'impression que le talent et la plume de cet artiste sont éclipsés au profit du 'sensationnel'», a déclaré la chanteuse française, précisant que «la seule chose que je me suis dit en entendant ce morceau, c'était qu'il me touchait profondément dans la détresse du personnage, j'avais les larmes aux yeux, tout en souriant de son culot».

Rap VS chanson: deux poids, deux mesures?

Anaïs se sent particulièrement concernée par toute cette polémique puisqu'elle est l'auteure d'une chanson également controversable, «Christina», qui peut être considérée comme le pendant féminin du titre d'Orelsan mais qui n'a pas provoqué un tel tollé: «Personne ne m'a jamais reproché tout ce que l'on reproche à Orelsan lorsque j'ai fait ma chanson 'Christina'... Si Orelsan déclenche autant de polémique, je pense que c'est parce que justement, ça a l'air trop vrai».

Dans la chanson d'Anaïs, on peut en effet entendre: «Je sais même pas qui c'est cette foutue Christina, cette pute en blanc. Une infirmière non mais je te jure faut qu'on t'opère, ça c'est sur. Je verrais bien une ablation sans tes couilles tu serais peut-être moins con».

Face à l'ampleur qu'a pris la polémique la semaine passée, Orelsan a été énormément sollicité par les médias français pour s'expliquer. Il a donc rappelé que cette chanson datait de trois ans et qu'il ne la jouait plus en concert ni ne l'avait mise sur son album sorti en février dernier.

Selon ses dires, si la chanson est remise dans son contexte, elle n'est «pas misogyne, à aucun moment».

Ton opinion