Vaud: «J'ai été viré après un vol que je n'ai pas commis»
Actualisé

Vaud«J'ai été viré après un vol que je n'ai pas commis»

Un apprenti de Migros a été accusé d'avoir piqué dans la caisse. La justice l'a mis hors de cause, mais le jeune avait déjà perdu son job.

par
Francesco Brienza
Alban Bexheti garde une dent contre son ex-employeur.

Alban Bexheti garde une dent contre son ex-employeur.

Alban Bexheti a été blanchi, mais il voit rouge: l'hiver dernier, le Renanais de 17 ans a été accusé – à tort – de vol par son ancien employeur, la Migros. Entre février et mars, ses recettes de caisse ont présenté des trous dans les succursales de Bussigny et de l'avenue de La Harpe à Lausanne. Montant total du préjudice: 4000 francs. «A chaque fois, c'est moi qui les signalais au gérant», se souvient-il. Reste que les soupçons se sont quand même rapidement tournés vers lui.

«Pas très classe...»

Le 11 mars, une plainte a été déposée par la coopérative. Le surlendemain, la police a effectué une perquisition chez l'apprenti, sans rien trouver de compromettant. Même chose dans son casier au travail. «Mon chef ne m'a même pas prévenu, regrette le Vaudois. C'est pas très classe...»

Nouveau départ dans une autre entreprise

Lors de ses deux auditions, Alban Bexheti a clamé son innocence. «Je n'étais pas le seul à bosser avec cette caisse», insiste-t-il. Et il n'a jamais exclu d'éventuelles erreurs de comptage. Faute de preuve, le Tribunal des mineurs a libéré l'apprenti de toutes charges le 3 août. Trop tard: la Migros l'avait déjà remercié au 6 juin. «Je suis déçu parce qu'ils n'ont même pas attendu de savoir si j'étais coupable ou pas. Au final, on m'a viré après un vol que je n'ai pas commis.» Pour l'ado, cette précipitation s'explique: «Avec l'un des gérants, on ne s'entendait pas du tout.»

Depuis, Alban Bexheti a pu reprendre son apprentissage dans une nouvelle entreprise. «Et là, ça se passe beaucoup mieux!»

Peu de vols dans les caisses des salariés

Interrogée sur le dossier, la direction de Migros Vaud n'a pas souhaité donner sa version des faits. «La justice a rendu sa décision», indique sa chargée de communication Aurélie Murris. Cette dernière précise toutefois que la plainte avait été déposée contre inconnu, et qu'elle ne visait pas spécifiquement son ex-apprenti. Les vols dans les caisses ne sont «pas un problème récurrent au sein de Migros», ajoute-t-elle. Mais la société refuse de donner des chiffres sur le nombre de plaintes qu'elle dépose par an.

Les particularités du contrat d'apprentissage

Dans le canton de Vaud, pour mettre un terme à leur relation de travail, l'apprenti et son employeur doivent en principe le faire «d'un commun accord». C'est le cas d'Alban Bexheti. La rupture du contrat est alors annoncée à la Direction générale de l'enseignement postobligatoire. L'apprenti dispose alors de trois mois pour trouver une nouvelle place en entreprise. Pendant le temps d'essai, une résiliation unilatérale est possible dans un délai de sept jours. En cas de juste motifs, tels une faute grave ou une incapacité physique à travailler, elle peut avoir lieu en tout temps et être immédiate.

Ton opinion