Ex-maire tessinois: «J'ai fait des erreurs mais n'ai rien empoché!»

Actualisé

Ex-maire tessinois«J'ai fait des erreurs mais n'ai rien empoché!»

L'ex-maire de Vico Morcote, village touristique au bord du lac de Lugano, a admis vendredi avoir commis des erreurs dans la gestion de sa commune. Il nie cependant avoir empoché un seul centime.

L'ex-maire (photo) a accumulé près de 170'000 francs d'arriérés d'impôts communaux sur une période allant de 1999 à 2007.

L'ex-maire (photo) a accumulé près de 170'000 francs d'arriérés d'impôts communaux sur une période allant de 1999 à 2007.

L'homme comparaît devant le tribunal correctionnel de Lugano pour gestion déloyale et détournements de fonds.

Personnage très connu et controversé au Tessin, Luido Bernasconi, 67 ans, licencié en sciences politiques de l'Université de Fribourg, a été le maire de Vico Morcote, localité où s'étaient fiancés Romy Schneider et Alain Delon en 1959. Il est resté en fonction de 1988 à 2013 lorsqu'il a démissionné après avoir été mis sous enquête.

Interrogé vendredi par le juge Mauro Ermanni, Luido Bernasconi a reconnu avoir commis des erreurs sans toutefois rien empocher. L'ex-maire a accumulé près de 170'000 francs d'arriérés d'impôts communaux sur une période allant de 1999 à 2007.

Conflit d'intérêts

Pour le Ministère public, il s'agit d'administration déloyale grave et répétée. Une accusation qui concerne aussi le non-encaissement de taxes de canalisation et de consommation d'eau potable, soit plus de 200'000 francs. Cette somme aurait dû être versée à la commune par les propriétaires de deux immeubles dont l'hôtel de luxe de la société Mabetex.

Or les immeubles en question étaient gérés par l'ex-maire, titulaire d'une société fiduciaire. Celui-ci n'a pas engagé de poursuites contre les propriétaires. Luido Bernasconi a là aussi admis les erreurs commises, soit un conflit d'intérêts, tout en niant avoir voulu sciemment porter préjudice à sa commune. Entretemps l'inculpé a entièrement réglé sa situation fiscale et la somme due par les immeubles qu'il gérait a été versée.

«Négligent mais honnête!»

L'accusation de détournement de fonds concerne le non-paiement au canton d'environ 400'000 francs d'impôts à la source. Ceux-ci avaient été déduits des salaires d'employés frontaliers de deux sociétés pharmaceutiques administrées par l'ex-maire.

«Je reconnais ma négligence mais je suis une personne honnête et je n'ai rien mis dans ma poche. Je paye ces erreurs en étant continuellement mis à l'index dans la presse.» Luido Bernasconi a démissionné de sa fonction au sein de ces sociétés à fin 2008. Entretemps celles-ci ont fait faillite.

20 mois avec sursis requis

Pour le procureur général John Noseda, l'accusé s'est bien rendu coupable des infractions qui lui sont reprochées. Il aurait dû affronter ses responsabilités et déléguer ses tâches pour éviter des conflits d'intérêts. Le procureur a cependant tenu compte de l'âge du prévenu, de sa longue carrière politique et du remboursement de ses dettes. Il a requis 20 mois de détention avec sursis.

L'avocat défenseur a parlé d'«affaire anormale» qui ne relève pas selon lui de la justice pénale. La comptabilité de la commune de Vico Morcote n'a jamais été à risque et même s'il l'a fait avec retard, il a tout payé. Il n'y a donc pas de dol. Pour les autres accusations, l'avocat a admis que son client aurait dû agir avec moins de légèreté, mais sans intention de nuire. Il a demandé l'acquittement de l'ex-maire. Le verdict sera prononcé en début de soirée. (ats)

Ton opinion