États-Unis: «J'ai fait un aller-retour en enfer»
Actualisé

États-Unis«J'ai fait un aller-retour en enfer»

Amanda Berry, Gina DeJesus et Michelle Knight, séquestrées durant dix ans par Ariel Castro, ont fait leur première apparition commune dans une vidéo lundi soir.

par
mac

«Tout d'abord, je tiens à dire combien je suis heureuse d'être de retour à la maison avec ma famille et mes amis.» C'est par ces mots d'Amanda Berry que débute la vidéo. La jeune femme est souriante, elle semble calme et posée. Elle remercie non seulement ses proches, mais aussi tous ceux qui l'ont laissée tranquille à sa sortie. «Je deviens chaque jour plus forte et le fait d'avoir une vie privée m'aide énormément», précise-t-elle.

Les paroles les plus fortes sortent de la bouche de Michelle Knight: «J'ai fait un aller-retour en enfer. Mais je suis désormais assez forte pour sourire, garder la tête haute et marcher d'un pas décidé hors de cet enfer.»

Avec cette vidéo, Amanda Berry, Gina DeJesus et Michelle Knight ont voulu s'exprimer publiquement avant de retrouver une vie loin des caméras.

Les trois jeunes femmes ont été, dix ans durant, les esclaves sexuelles de leur ravisseur Ariel Castro. Il a été inculpé de viols et de quatre enlèvements: celui d'Amanda Berry et de sa fille Jocelyn, née en captivité, puis de Gina DeJesus et de Michelle Knight, toutes quatre libérées grâce à un voisin.

Début juin, un grand jury a fixé 329 chefs d'accusation contre le tortionnaire, dont ceux d'enlèvement, de viol et de meurtre aggravé pour avoir provoqué la fin de la grossesse de l'une de ses captives notamment en la frappant dans le ventre. L'accusé plaide non coupable.

Le procureur américain Timothy McGinty a affirmé qu'il envisageait de requérir la peine de mort contre le suspect. Il a estimé que les violences subies par les jeunes femmes «dépassaient l'entendement». L'accusation a souligné que durant toutes ces années, les jeunes femmes avaient été battues, maintenues attachées et agressées sexuellement, sans être à aucun moment autorisées à quitter la maison de Castro.

Ton opinion