Actualisé 05.04.2006 à 17:39

"J'ai juste enfermé un enfant aux toilettes"

L'animateur suisse d'une maison de correction illégale découverte près de Gérone, en Espagne, s'est défendu dans la presse d'avoir frappé des enfants. Les adolescents suisses sont entre-temps rentrés chez eux.

Le centre a été fermé et ses trois animateurs, un Suisse de 44 ans, sa compagne française de 30 ans, et un Italien de 60 ans ont été interpellés vendredi, a indiqué mercredi une porte-parole de la police autonome catalane.

Ils sont poursuivis par un juge d'instruction de Gérone (Catalogne) pour séquestration et violence physiques et psychiques, mais ont été remis en liberté.

Ils doivent cependant rester à disposition des autorités judiciaires espagnoles car les investigations sont toujours en cours, a précisé Lars Knuchel, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Selon les agences, cinq adolescents suisses se trouvaient dans ce centre ces derniers temps. Ils sont tous rentrés en Suisse, selon M. Knuchel. Le porte-parole n'était pas en mesure de décrire l'état de ces jeunes.

«Une famille d'accueil»

L'enquête a démarré il y a quelques jours, lorsque la police a été alertée de la présence à la gare de Figueras d'un adolescent suisse présentant des blessures et des hématomes. Ce dernier a expliqué avoir fugué d'un centre après avoir été frappé «à coups de barres de fer», selon la police.

Trois autres adolescents suisses venaient également de fuir ce centre et avaient regagné leur pays par leurs propres moyens.

Dans un entretien au journal «El Pais», l'animateur suisse s'est défendu de n'avoir «jamais frappé un enfant». «Le seul châtiment que je reconnais, dit-il, est d'avoir enfermé un jour un enfant pendant quelques heures aux toilettes».

«Nous ne sommes pas un centre pour mineurs mais une famille d'accueil autorisée par les autorités judiciaires suisses», a-t-il affirmé. Selon «El Pais», les parents payaient jusqu'à 4000 euros (6300 francs) pour envoyer leurs enfants effectuer des stages de un à trois mois en Espagne.

Insalubre

Selon les témoignages recueillis, les sévices allaient des coups à l'enfermement dans des cages à sangliers. Près du village de Sant Llorenç de la Muga, les policiers ont découvert un complexe «totalement insalubre»: une vieille ferme et 16 roulottes servant de chambres, dont les portes extérieures étaient munies de chaînes et de cadenas.

Les pensionnaires prenaient soin d'animaux de ferme. Ils ont affirmé qu'ils étaient frappés ou voyaient leurs repas réduits à un bol de muesli avec du lait lorsqu'ils refusaient de travailler ou se battaient entre eux. «L'un d'eux aurait été enfermé pendant trois mois à raison de huit heures par jour dans une cage à sanglier», selon un communiqué de la police catalane.

Le centre n'avait «aucune autorisation légale» et ses animateurs «aucun diplôme» pour exercer leur activité, selon la porte-parole de la police. Les enquêteurs n'ont trouvé aucun document sur l'activité de ce centre qui fonctionnait «depuis environ deux ans», a-t-elle précisé.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!