Etats-Unis: «J'ai laissé partir la fille que j'étais avant»
Actualisé

Etats-Unis«J'ai laissé partir la fille que j'étais avant»

Il y a quatre ans, Aimee a contracté une fasciite nécrosante à la suite d'un accident. Amputée des deux mains, de la jambe gauche et du pied droit, elle a mis du temps à refaire surface.

par
joc
Quatre ans après le drame, Aimee a fini par accepter son nouveau corps.

Quatre ans après le drame, Aimee a fini par accepter son nouveau corps.

photo: Kein Anbieter/Facebook

L'histoire d'Aimee Copeland, une Américaine domiciliée en Géorgie, avait fait le tour du monde en 2012. Alors âgée de 24 ans, la jeune femme profitait d'une journée en plein air avec des amis lorsque le groupe est tombé sur une tyrolienne visiblement bricolée. Aimee était en train de s'amuser sur l'engin lorsque la corde a lâché. Ejectée contre une pierre, l'Américaine a été sérieusement entaillée au niveau de la jambe gauche.

Une fois sa blessure soignée, la jeune femme est rentrée chez elle, raconte «People». Mais quelques jours plus tard, son entourage a constaté qu'elle était pâle et faible. Emmenée en urgence à l'hôpital, Aimee a alors appris qu'elle avait contracté une fasciite nécrosante, surnommée «bactérie mangeuse de chair». La malheureuse a dû se faire amputer les deux mains, la jambe gauche et le pied droit. Et malgré ces interventions très lourdes, les médecins ont averti sa famille qu'elle risquait de ne pas survivre.

Un post très remarqué sur Facebook

Quatre ans plus tard, Aimee est toujours bel et bien en vie, mais elle a eu beaucoup de mal à accepter son nouveau corps. Lundi, la jeune femme a posté sur Facebook une photo d'elle en vacances, relate BuzzFeed. Une manière de montrer qu'elle est enfin parvenue à s'apprécier telle qu'elle est: «Cela m'a pris du temps pour être à l'aise avec mon nouveau corps. Nous sommes TOUS faits d'imperfections et il y a tant de beauté dans nos défauts. Les cicatrices et les greffes de peau forgent le caractère! Ce que vous avez n'est pas important. C'est ce que vous faites avec ce que vous avez qui l'est», a-t-elle écrit.

La publication d'Aimee a touché des dizaines de milliers d'internautes, qui lui ont fait part de leur admiration et de leur reconnaissance. Aujourd'hui, l'Américaine puise dans son histoire pour se mettre au service des personnes handicapées. Elle partage son expérience avec ceux qui, comme elles, ont subi des blessures ou des maladies traumatisantes. «J'ai laissé partir la fille que j'étais avant. J'ai complètement accepté qui je suis», conclut-elle.

Ton opinion