Euro 2016: «J'ai mis vraiment un moment pour réaliser»
Actualisé

Euro 2016«J'ai mis vraiment un moment pour réaliser»

Denis Zakaria a été surpris de ne pas faire partie des trois joueurs priés de quitter l'équipe de Suisse lundi. Le Genevois de 19 ans va jouer sa carte à fond.

1 / 26
Derrière Vladimir Petkovic, une affiche avec le portrait des  vingt-trois joueurs qui ont gagné leur place en France. (Lundi 30 mai 2016)

Derrière Vladimir Petkovic, une affiche avec le portrait des vingt-trois joueurs qui ont gagné leur place en France. (Lundi 30 mai 2016)

Keystone
@nationalteams_SFVASF
Le sélectionneur de l'équipe de Suisse partira en France sans Philippe Senderos, Silvan Widmer et Luca Zuffi - mais avec quatre joueurs âgés moins de 22 ans. (Lundi 30 mai 2016)

Le sélectionneur de l'équipe de Suisse partira en France sans Philippe Senderos, Silvan Widmer et Luca Zuffi - mais avec quatre joueurs âgés moins de 22 ans. (Lundi 30 mai 2016)

Keystone

«J'ai eu de la peine à y croire. Tout est allé si vite pour moi !» Au lendemain de sa nomination dans la liste des 23 pour l'Euro 2016, Denis Zakaria rêve encore tout éveillé. Il est vrai qu'il y a treize mois, il n'avait pas encore été titularisé une seule fois en Challenge League!

«Victime» sans doute de l'aveuglement de l'entraîneur de l'époque du Servette FC, le Britannique Kevin Cooper, Zakaria a «connu des périodes difficiles au Servette». «J'ai joué juste au moment où cela commençait à mal aller pour le club.» Comme si l'imminence de la faillite avait ouvert les yeux d'un entraîneur trop carré, de dirigeants incompétents et d'éminences grises au rôle trouble. Tous coupables, ils se sont rendu compte un peu tard qu'ils possédaient un véritable joyau.

«YB, c'est désormais ma maison»

Un peu tard pour négocier comme ils auraient dû le faire son transfert aux Young Boys. «Le club me suivait depuis longtemps, lâche-t-il. J'ai compris que ce transfert était, pour moi, le bon transfert. J'ai trouvé à Berne un superbe club, de bons dirigeants et une belle équipe. YB, c'est désormais ma maison!» Sous contrat jusqu'en juin 2019 avec les Young Boys, Denis Zakaria ne se précipitera pas cet été sur la première offre venue. «On verra bien ce qui arrivera après l'Euro. Je veux toujours progresser et avancer. Je veux aller le plus haut possible, dit-il. Mais l'important pour moi à 19 ans est de jouer. Cela ne sert à rien de partir dans un grand club pour rester sur le banc.»

Rester sur le banc est toutefois ce qui l'attend dans un premier temps à l'Euro. «C'est à Vladimir Petkovic de décider bien sûr, lâche-t-il. S'il faut entrer en jeu, je serai prêt !» Prêt à déchirer les lignes, prêt à se fondre aussi dans le collectif comme il l'a fait samedi lors du dernier quart d'heure contre la Belgique. Sa première apparition en équipe de Suisse dans «sa» ville restera aussi comme l'un des grands moments de sa carrière. Un moment qu'il tient à partager avec ses formateurs, notamment avec l'ancien international Massimo Lombardo.

«Un moment pour réaliser»

On ne sait pas si ce quart d'heure à La Praille a pesé dans le choix de Vladimir Petkovic. Mais avant que le sélectionneur ne communique aux joueurs ses choix lundi à midi, Denis Zakaria était toujours enclin à penser qu'il allait être l'un des trois «bannis». «J'avais fait, je crois, une bonne semaine d'entraînement, mais, encore une fois, je ne m'y attendais pas. Vladimir Petkovic n'est pas venu me parler avant le repas de lundi. Il a alors pris la parole et il a communiqué ses choix devant toute l'équipe. J'ai mis vraiment un moment pour réaliser. Puis tous les autres joueurs sont venus me féliciter.»

Cette sélection a certainement dû ravir Guillaume Hoarau, le «grand frère». L'attaquant réunionnais n'a pas cessé de plaider la cause de Denis Zakaria cette saison aux Young Boys. Il est l'un des premiers à avoir mesuré le potentiel de ce garçon qui aura 20 ans le 20 novembre prochain. Le «parrainage» de Guillaume Hoarau et l'exigence de l'entraîneur Adi Hütter - «J'aurais peut-être moins joué si Uli Forte était resté entraîneur des Young Boys», avoue-t-il - ont contribué ces derniers mois à son ascension. La question désormais est de savoir jusqu'où elle peut mener ce joueur qui ne cache pas que le FC Barcelone est le club de ses rêves.

(ats)

Ton opinion