Actualisé 20.02.2011 à 19:40

Disparitions des jumelles«J'ai mon idée où peuvent être les jumelles»

Une profileuse réputée internationalement livre son sentiment sur la disparition d'Alessia et Livia. Elle estime à 10% leurs chances d'être encore en vie.

de
Grégoire Corthay

«20 minutes» a demandé à la Belge Carine Hutsebaut son sentiment sur la disparition des jumelles. Spécialiste en victimologie, cette profileuse ouvre mi-mars une académie en Belgique pour former des gens afin de résoudre ce type d'affaire.

«20 minutes»: Que pensez-vous de l'affaire des jumelles de St-Sulpice?

Carine Hutsebaut: Avant tout, je dois souligner que je me base sur le très peu d'éléments à ma disposition et sur mon expérience de ce genre de cas pour vous répondre. Ce qui m'étonne surtout, c'est le fait qu'on n'a pas eu de témoignages fiables à 100% de personnes qui ont vu les jumelles hors de Suisse.

Quand on voit Alessia et Livia en photos, on voit deux anges blonds qu'on ne peut pas manquer et oublier quand on les croise. Dans la rue, c'est le type d'enfants qui marquent les gens sur leur passage. Si cela se trouve, elles sont encore quelque part en Suisse, mortes ou vivantes...

Il faut aussi rester très prudent avec les témoignages recueillis jusqu'à présents à l'étranger. Dans certaines affaires que j'ai traitées, des témoins ont affirmé avoir vu des enfants à près de 1000km du lieu où ils avaient été tués. Ils avaient été assassinés dans un délais de 2 ou 3 heures après leur disparition.

L'oncle des jumelles parle à la presse Def

Pensez-vous que les jumelles sont encore en vie?

Je dirai qu'il y a encore 10% de chance qu'elles le soient, contre 90% de chance qu'elles soient mortes. Cette probabilité justifie le fait que l'on poursuive les recherches en se donnant le maximum de moyens. Par mon expérience, je peux vous dire que j'ai une idée où sont les filles mais qu'il me manque quelques éléments pour pouvoir l'exprimer publiquement.

Quelles pistes exploreriez-vous?

Il me manque beaucoup de réponses pour pouvoir établir le profil psychologique de Matthias et comprendre son état d'esprit lorsqu'il a agi. Quelles sont les raisons précises de sa séparation? Où en était le couple dans son processus de divorce? Quelles sont ses liens avec la Corse? Quelles connaissances avait Matthias sur place? Quelle peut être la signification de l'endroit de suicide de Mathias? Où a-t-il passé sa jeunesse? Où a–t-il été à l'école? A quel âge a-t-il quitté le Canada? En quelles circonstances? Ou encore quelle était sa relation avec l'eau, la plongée? Quelle était sa religion? Etait-il pratiquant? Pourquoi était-il suivi par un thérapeute? Est-ce qu'il buvait? Était-il violent?

J'aimerais aussi beaucoup avoir une conversation avec le frère jumeau de Matthias (n.d.l.r: la police cantonale vaudoise a la certitude grâce à ses empreintes digitales que c'est bien Matthias qui a été retrouvé mort en Italie –et non son frère jumeau– et qu'il s'est suicidé). Ce serait aussi une manière de comprendre comment Matthias fonctionnait.

Comment expliquez-vous le parcours de Matthias? Le fait qu'il se soit suicidé, seul, au sud de l'Italie après avoir transité par la Corse en partant de Suisse?

Il a agi dans un état second avec une vision très réduite pour se rendre vers son point final. Le fait qu'il se soit tué loin de ses enfants n'est pas exceptionnel. Il a indiqué dans une lettre que les jumelles reposaient en paix. Et justement, pour ne pas déranger ses filles, il a décidé de se suicider ailleurs. Il dévie ainsi l'attention d'un endroit où les enfants sont. Qu'elles soient vivantes ou pas, peu importe.

Comment décririez vous l'acte de Matthias? Etait-ce un coup de folie?

Dans ce cas, il ne s'agit pas d'un coup de folie. Tout semblait bien préparé. Pour lui, se suicider était la manière de mettre fin à ses douleurs. Il a agi égoïstement en s'en fichant des autres. Pour mettre fin à ses douleurs, il a probablement voulu se suicider tout seul mais puisque dans sa tête: ses enfants, c'est lui, donc automatiquement il a dû prendre ses enfants avec lui.

Que pensez-vous de l'attitude de la mère et de ses apparitions dans les médias?

Ce qui arrive à la famille est désastreux. Je comprends le désarroi de la mère. Elle est dans le dénis comme l'a été la maman de Maddie qui a disparu maintenant depuis 4 ans. La maman des jumelles est dans un état second, en mode survie en quelque sorte. Et j'espère que les médias ne feront pas comme ils l'ont fait dans tant d'autre cas en se focalisant sur la mère parce qu'il n'y a pas d'autres nouvelles.

Existait-t-il des signes avant-coureurs qui auraient pu laisser penser à la maman des jumelles ce qui s'est passé?

Absolument! Je suis convaincue qu'il a dû y avoir des signaux que son entourage, ses amis auraient dû percevoir. Je ne les ai pas encore trouvé dans les documents que j'ai pu consulter sur cette affaire. On sait notamment que lors de séparations, beaucoup de thérapeutes ou des avocats mettent de l'huile sur le feu et qu'il y a un manque de communications entre les partis. J'ai l'impression qu'on donnait le sentiment à Matthias de rien lui laisser dans son divorce. Souvent, c'est à cause des avocats qu'il y a ce genre de drame. Ils ne sont plus là pour faire justice mais pour se remplir leurs poches!

Avez-vous connaissance de cas similaires, de parents qui partent avec leurs enfants et se suicident?

Pas avec des jumelles, mais j'ai déjà traité personnellement de 3-4 affaires de pères qui n'ont pas supporté d'être rejetés par leur épouse. Dans ce type de cas, le père estime que ses enfants font partie de lui, qu'ils sont une extension de lui. En les tuant, il pense que la famille sera réunie éternellement par la mort.

Généralement, le père qui va se suicider pense que sans lui son ou ses enfants ne peuvent pas survivre donc il est obligé de les amener avec lui. Dans certains cas, l'homme tue aussi sa femme - mais pas obligatoirement. Dans la mesure où celle-ci l'a rejeté, elle n'a pas de lien de sang avec lui comme ses enfants. Le père a dû regarder ses enfants dans les yeux au moment de les tuer…

Est-ce uniquement une pratique masculine?

Non. En général, ce sont d'ailleurs plutôt des femmes qui agissent ainsi, justement parce qu'elles pensent que leurs enfants ne peuvent pas vivre sans elles. Nous avons des cas avec des femmes qui se sont mises sur des rails de train avec leurs enfants ou qui les ont tués avant de se pendre.

Autre véhicule recherché

Suite aux investigations menées par la police française, les enquêteurs recherchent un autre véhicule ayant circulé début février en Corse. Il s'agit d'une grosse voiture foncée, de type break, immatriculée en Suisse ressemblant à l'Audi du père des jumelles. Les investigations menées par les polices françaises, suisse et italiennes se poursuivent et les témoins éventuels sont priés d'appeler la hotline mises en place (+41 21 644 82 31).

Pas de trace scientifique hors de Suisse

Pour la police, la priorité reste de trouver les filles. La piste privilegiee est la Corse. Une quinzaine d'inspecteurs travaillent à plein temps en Suisse sur cette affaire. La police indique avoir nomment reçu une centaine d'informations de médiums dont une cinquantaine par téléphone. Ces infos sont en cours d'analyse. De plus, aucune preuve ou trace scientifique de la présence des jumelles ailleurs qu'en Suisse, à quelque endroit que ce soit, n'a été relevée. La police ne sait pas avec certitude où les filletes sont allées après la dernière fois qu'une personne les a vues à 13h30 dimanche 30 janvier à St-sulpice.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!