Festival de Cannes: «J'ai six livres d'or et au moins 400 autographes»

Publié

Festival de Cannes«J'ai six livres d'or et au moins 400 autographes»

Ces fans ne voient aucun film mais passent leurs journées au Festival, en attendant l'arrivée des stars.

par
Marine Guillain
Cannes

A l'image: Anne-Marie, Patrice et Victoire et Julie.

Ils sont capables de rester des heures au même endroit afin d'être les mieux placés lors du passage des célébrités sur le tapis rouge. Leur équipement? Un tabouret avec leur nom dessus pour s'asseoir, un livre vierge qu'ils espèrent remplir d'autographes et un appareil photo. Ils, se sont des Cannois et des gens venus d'un peu partout en France, jeunes ou vieux. On les appelle «le gang des escabeaux».

Sur la Croisette, un espace d'environ 50 m de long et 2-3 m de large leur est réservé. Certains viennent déjà plusieurs jours avant le festival pour cadenasser leur tabouret à la barrière. En début de journée, le lieu est fermé, désert, surveillé par des policiers. Vers 15 h, le portique de sécurité s'ouvre et les gens qui patientent derrière peuvent entrer au compte-goutte.

Un peu plus tard, la centaine de chaises et escabeaux est occupée. «On vient de Bretagne, on espère voir Marion Cotillard ou Will Smith, racontent Victoire et Julie, des étudiantes toutes jeunes. Des plus anciens forment maintenant des bandes de copains, à force de venir chaque année. Comme Patrice, qui n'a manqué que trois festivals depuis 1996: «Je fais autographes et photos, alors c'est pas facile: j'ai le livre d'or entre les jambes, je prends les photos puis j'échange vite. Y a pas intérêt à faire tomber le stylo!» Et ses efforts paient: «J'ai six livres d'or, je dois avoir 400 signatures, j'ai presque tout le monde!»

La pétillante Cannoise Anne-Marie vient aussi tous les ans: «J'adore les artistes, les robes et l'ambiance!» Pendant le festival, elle et ses amis ne bougent pas de leur spot de la journée: «On danse, on s'amuse et ça passe très vite, je vous assure!»

Le 7e art avant tout

D'autres festivaliers sont davantage intéressés par les films sélectionnés que par les stars. Ils sont nombreux à camper devant les entrées du Palais, des pancartes à la main, cherchant des invitations pour les séances du jour. C'est le cas d'Anaïs, Inès et Salomé, trois étudiantes costumières de 20 ans. «C'est la 2e année qu'on fait ça, disent-elles. On a déjà attendu toute une journée pour finir bredouilles mais généralement, on arrive à obtenir des places rapidement!»

Ton opinion