Suisse: «J'ai toujours su que j'étais asexuelle»

Actualisé

Suisse«J'ai toujours su que j'étais asexuelle»

De nos jours, l'asexualité reste un sujet tabou. Les personnes concernées doivent souvent se battre contre les stéréotypes. Une jeune Zurichoise témoigne.

par
J. Käser/ofu
1 / 4
Valerie Reding a 28 ans et explique comment elle vit au quotidien son asexualité.

Valerie Reding a 28 ans et explique comment elle vit au quotidien son asexualité.

Selon elle, l'asexualité est souvent mal comprise, notamment parce que les personnes concernées n'osent pas se confier ouvertement.

Selon elle, l'asexualité est souvent mal comprise, notamment parce que les personnes concernées n'osent pas se confier ouvertement.

«Etre asexuel signifie simplement ne pas ressentir d'attirance sexuelle. Mais je ressens d'autres formes d'attirances, comme par exemple l'attirance romantique ou esthétique»

«Etre asexuel signifie simplement ne pas ressentir d'attirance sexuelle. Mais je ressens d'autres formes d'attirances, comme par exemple l'attirance romantique ou esthétique»

privé

«J'ai toujours su que j'étais asexuelle. Même enfant je le savais, mais je ne trouvais pas les bons mots pour le décrire.» Valerie Reding, une artiste multimédia de 28 ans, s'est confiée à nos confrères de «20 Minuten». La jeune Luxembourgeoise, installée depuis près de 10 ans à Zurich, parle ouvertement du fait qu'elle ne ressent aucune attirance sexuelle.

Selon elle, l'asexualité est souvent mal comprise, notamment parce que les personnes concernées n'osent pas se confier ouvertement. Pourtant, entre 1% et 3,5% de la population seraient dans cette situation. «Etre asexuel signifie simplement ne pas ressentir d'attirance sexuelle. Mais je ressens d'autres formes d'attirances, comme par exemple l'attirance romantique ou esthétique», explique Valerie Reding. La jeune femme ajoute qu'il lui arrive de ressentir une forme d'attirance physique pour certaines personnes. «J'ai alors l'envie de me rapprocher de ces personnes, pour les prendre dans les bras par exemple.»

«J'apprécie nos rapports sexuels»

La Luxembourgeoise tient par ailleurs à préciser qu'il est tout à fait possible d'avoir des rapports sexuels en tant que personne asexuelle. «J'aime l'intimité et la proximité de ces moments, mais je n'ai encore jamais ressenti d'envie sexuelle.» Son petit ami se serait beaucoup informé sur la thématique en la rencontrant. «Il sait maintenant que j'apprécie nos rapports sexuels.»

Et qu'en est-il des hommes asexuels? Peuvent-ils avoir des rapports sexuels? «Bien évidemment tant que ça ne les repousse pas», rigole l'artiste. «Leurs corps sont constitués normalement. Certains stimuli vont déclencher chez eux une érection. C'est une réaction totalement normale.» Valerie Reding concède néanmoins connaître très peu d'hommes asexuels: «Au sein de notre société, la virilité est étroitement liée à la puissance et à une forte activité sexuelle. Il leur faut donc beaucoup de courage pour s'affirmer en tant qu'asexuels.»

La jeune femme se bat pour que le concept soit davantage thématisé afin de briser les tabous.

Ton opinion