Actualisé 24.10.2016 à 09:04

Addiction aux jeux de hasard

«J'ai vidé les comptes de mes enfants»

Des experts ont lancé lundi une campagne pour mettre en garde contre les risques des jeux de hasard. Comparés aux autres tranches d'âge, les 15 à 29 ans auraient deux fois plus de risques de développer un comportement problématique.

de
pam/ofu

A l'apogée de son addiction, André*, 36 ans, misait jusqu'à 1000 francs sur un résultat sportif sur le Net. Une fois l'argent perdu, il recommençait alors avec la même somme... et cela jusqu'à douze fois par jour.

Comme ses pertes avaient pris le dessus sur ses gains depuis longtemps et que ses dettes s'étaient accumulées jusqu'à atteindre 250'000 francs, André était sans cesse à la recherche d'argent pour assouvir ses envies de jeu. Pour continuer à jouer, il avait même vidé les comptes de ses enfants et de sa femme. Il avait aussi emprunté de l'argent à ses amis et jonglait entre trois cartes de crédit. Pour ne pas se faire pincer par ses proches, il prenait soin de faire disparaître de la boîte aux lettres les rappels de paiement.

«On se laisse facilement tenter par une partie de poker en ligne»

Dans un documentaire publié ce lundi en allemand, Addiction Suisse relate l'histoire d'André pour mettre en garde contre les jeux de hasard. La campagne a été lancée par seize cantons alémaniques et est soutenue par l'organisation. Contactée par «20 minutes», Monique Portner-Helfer, porte-parole d'Addiction Suisse, explique que pour le moment il n'est pas prévu de réaliser de campagne similaire en Suisse romande.

Selon des experts, ce sont surtout les jeunes qui sont touchés par cette problématique. Ainsi, près de 25% des 15 à 19 ans ont joué à des jeux de hasard au cours de la dernière année écoulée. En comparaison avec d'autres tranches d'âge, ils sont deux fois plus nombreux à développer un comportement problématique.

Franz Eidenbenz, psychologue et directeur du centre zurichois Radix, spécialisé dans le traitement des addictions au jeu, confirme être confronté de plus en plus souvent à des adolescents ou des jeunes adultes ayant un problème avec des jeux de hasard. Selon lui, cela est notamment dû aux similitudes entre jeux en ligne et jeux de hasard. «Lorsqu'on joue à un jeu en ligne sur ordinateur, il est tout à fait normal d'acheter régulièrement des gadgets supplémentaires. Les gens sont donc moins réticents à se laisser tenter par une partie de poker en ligne ou à miser sur des paris sportifs.»

«Les gens oublient la valeur réelle de l'argent»

«Au début de l'addiction se trouve souvent un grand gain», explique par ailleurs Franz Eidenbenz à «20 Minuten». «Lorsqu'un jeune apprenti gagne soudainement plusieurs milliers de francs, les risques sont élevés qu'il perde le contrôle de la situation.»

Un avis partagé par Silvia Steiner, directrice de la prévention chez Addiction Suisse. «Avec les jeux d'argent et de hasard en ligne, on ne tient presque jamais l'argent gagné physiquement entre les main. Les gens oublient alors la valeur réelle de cet argent. Et comme ils jouent seuls, ils ne sont pas contrôlés par la société.» Le fait de pouvoir jouer à tout moment sur son téléphone consiste également un problème de taille, selon elle.

Nouvelle loi discutée par le Parlement

Actuellement, les casinos suisses n'ont pas le droit de proposer des jeux en ligne. Une raison pour laquelle les joueurs helvétiques se jettent sur des offres à l'étranger, analysent les experts en addiction. Reste que la situation pourrait bientôt changer avec la nouvelle loi sur les jeux d'argent, actuellement discutée par le Parlement. La loi demande notamment la levée de l'interdiction actuellement en vigueur. Seuls les casinos suisses pourraient proposer des offres du genre.

* Prénom d'emprunt

Santé psychique et physique en jeu

Sur son site, Addiction Suisse note que les joueurs excessifs de jeux de hasard s'exposent à différents risques, notamment à des problèmes en matière de santé psychique et physique ainsi qu'à des difficultés sociales et financières. Par conséquences psychiques et physiques, l'organisation entend: troubles de la concentration et de la performance, anxiété, insomnie, état dépressif, angoisse, modifications de la personnalité, augmentation de la consommation d'alcool, de tabac et de médicaments avec un risque d'addiction ou encore augmentation du risque de suicide.

«L'addiction aux jeux de hasard est une dépendance non liée à une substance. En effet, il n'y a pas de consommation de substances psychoactives. Le comportement excessif déclenche dans l'organisme des modifications biochimiques qui influent sur l'état psychique et contribuent au développement d'une dépendance», écrit par ailleurs Addiction Suisse.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!