Séisme au Népal: «J'ai vu le bébé en vie, et mon chagrin s'en est allé»

Actualisé

Séisme au Népal«J'ai vu le bébé en vie, et mon chagrin s'en est allé»

Amul Thapa, photographe népalais, est l'auteur des clichés bouleversants montrant le sauvetage de Sonit, 4 mois. Il raconte comment il a vécu ce miracle.

par
joc
1 / 125
06.07.2016 Le Népal vend des milliers de tonnes de riz donnés par la Chine et le Bangladesh pour aider les victimes du séisme de 2015, a déclaré un responsable népalais mercredi, alors que les survivants font toujours face à des risques de pénuries alimentaires.

06.07.2016 Le Népal vend des milliers de tonnes de riz donnés par la Chine et le Bangladesh pour aider les victimes du séisme de 2015, a déclaré un responsable népalais mercredi, alors que les survivants font toujours face à des risques de pénuries alimentaires.

AP/Manish Swarup
23.04.2016 Plusieurs millions de personnes vivent toujours dans l'attente de l'aide internationale, un an après la catastrophe.

23.04.2016 Plusieurs millions de personnes vivent toujours dans l'attente de l'aide internationale, un an après la catastrophe.

Navesh Chitrakar
11.01.2016 Katmandou, la capitale du Népal, pourrait être frappée dans les prochaines années ou décennies par un nouveau séisme car la grande faille qui a rompu au printemps dernier est encore soumise à une forte pression juste sous la ville, selon une étude publiée lundi.

11.01.2016 Katmandou, la capitale du Népal, pourrait être frappée dans les prochaines années ou décennies par un nouveau séisme car la grande faille qui a rompu au printemps dernier est encore soumise à une forte pression juste sous la ville, selon une étude publiée lundi.

AP/Niranjan Shrestha

Ces clichés réalisés dans les décombres de Bhaktapur ont ému le monde entier. Amul Thapa, journaliste et photographe népalais, a raconté à «USA Today» comment il avait vécu le sauvetage miraculeux de Sonit, un bébé de 4 mois pris au piège sous une poutre en bois.

Samedi, la soeur du petit garçon veillait sur lui quand le séisme a frappé. Leurs parents étaient absents, mais la fillette de 9 ans a pu sortir indemne de la catastrophe. Quand Amul Thapa, qui travaille pour le site KathmanduToday.com, a entendu les cris de Sonit pour la première fois, le bébé était coincé sous une poutre en bois. «Cet élément supportait tout», se souvient le journaliste. L'enlever aurait donc exposé l'enfant à un danger encore plus conséquent. Ce jour-là, Amul a renoncé à prendre des photos: «L'atmosphère ne s'y prêtait pas», raconte-t-il.

«Tout le monde applaudissait»

Le jeune homme de 26 ans venait de perdre sa maison, mais il ne pouvait penser à autre chose qu'à Sonit. Dimanche matin, il tenait à être sur place pour assister à la tentative de sauvetage de l'enfant. Un moment qui restera gravé dans sa mémoire: «Quand j'ai vu le bébé vivant, tout mon chagrin s'en est allé. Tout le monde applaudissait. Cela m'a apporté de l'énergie et ça m'a fait sourire malgré toute la peine cachée au fond de moi», confie Amul.

Ses petites joues couvertes de poussière de béton, un poing serré et l'autre main posée sur son visage, Sonit a apporté quelques instants de paix et de sérénité aux habitants de Bhaktapur, qui sont nombreux à avoir tout perdu dans la catastrophe. Selon le photographe, le bambin ne semblait souffrir que d'une coupure au-dessus d'un sourcil. Il a pu retrouver sa famille.

Ton opinion