Actualisé

Genève«J'ai vu tous ces espaces blancs et j'en ai profité!»

Des affiches publicitaires vierges se sont transformées en oeuvres urbaines à Genève. Un artiste explique ses intentions.

par
Marine Guillain
1 / 12
Avec son message, BRKNWRLD veut dénoncer «l'information faussée sur ce qu'il se passe en Syrie».

Avec son message, BRKNWRLD veut dénoncer «l'information faussée sur ce qu'il se passe en Syrie».

BRKNWRLD
L'artiste a bombé 38 panneaux sur la Rive Gauche.

L'artiste a bombé 38 panneaux sur la Rive Gauche.

BRKNWRLD
Son message, toujours le même, est taché de sang: «Quand un homme sage montre Alep, le reste du monde regarde le doigt».

Son message, toujours le même, est taché de sang: «Quand un homme sage montre Alep, le reste du monde regarde le doigt».

BRKNWRLD

Dessins d'enfants, gribouillis, messages de bonne année ou œuvres d'artistes: les 3000 panneaux vierges de publicité ont inspiré les Genevois. A l'instar du street artist BRKNWRLD (Broken World): «J'ai vu tous ces espaces blancs, je ne savais pas pourquoi ils étaient comme ça mais j'ai pensé que ça n'allait pas durer, alors j'ai décidé d'en profiter!»

Le 31 décembre et le 1er janvier, l'artiste activiste a bombé une quarantaine de panneaux triples. Tous ceux qu'il a trouvés sur la rive droite entre la gare et les Nations, la Servette et Bel-Air, en passant par les Pâquis. «Je ne savais pas trop si c'était légal mais j'ai pensé que les flics seraient déjà assez occupés ce week-end-là, confie-t-il. J'avais justement un pochoir prêt pour ce format. Je bossais sur un projet pour Alep et mon idée de base était d'utiliser les affichages publics.»

Son message, toujours le même, est taché de sang: «When a wise man points at Aleppo... the rest of the world looks at the finger» (en français: «Quand un homme sage montre Alep, le reste du monde regarde le doigt»). BRKNWRLD explique avoir adapté la citation de Confucius («Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt») à une situation actuelle. «Utiliser des supports publicitaires pour montrer ce que les gens ne voient pas, quelle ironie», dit-il. L'artiste envisage aussi son projet comme «une bonne action de début d'année, afin que les gens n'oublient pas que ce ne sera pas une bonne année pour tout le monde». Selon lui, quelques oeuvres ont été recouvertes, mais la majorité sont encore visibles.

Les panneaux publicitaires réappropriés ont donné le sourire à de nombreux Genevois. Différentes créations ont été postées sur instagram avec des commentaires enthousiastes:

Le 30 décembre, la SGA a recouvert de blanc environ 3000 panneaux publicitaires. La raison: elle a perdu la concession de la Ville au profit de son concurrent Neo Advertising, ont révélé la «RTS» et la «Tribune de Genève». Le nouveau mandataire a commencé à mettre des affiches le 3 janvier et prévoit d'en poser près de 1000 d'ici la fin de la semaine.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!