«J'apprécie aussi la troisième mi-temps!»

Actualisé

«J'apprécie aussi la troisième mi-temps!»

RUGBY. Habituellement,
en ovalie, les femmes
restent dans les tribunes.
Mais certaines ont choisi
d'investir le terrain.

La Française Catherine Brasseur, 29 ans, est joueuse du Rugby Club Zurich. Une formation qui domine le championnat suisse depuis plusieurs années.

– Une femme qui pratique le rugby, ce n'est pas franchement courant...

– C'est vrai. J'ai commencé à jouer il y a six ans, en France. Le club était en face de mon domicile, et je m'étais dit qu'il fallait que je bouge!

– Qu'est-ce qui vous plaît tant dans le rugby?

– J'avais envie d'un sport collectif, et le rugby me convenait donc très bien. De plus, que l'on soit grande ou petite, mince ou ronde, on a toujours sa place. Et j'apprécie aussi la troisième mi-temps! (Rires.)

– Comment réagissent vos proches lorsque vous leur dites que vous pratiquez ce sport?

– D'abord, ils ne me croient pas! Mais, ensuite, ils se montrent curieux, me posent plein de questions. Mais il n'y a jamais de moquerie.

– A l'heure où le Mondial bat son plein, je suppose que vous suivez les exploits de vos compatriotes, qualifiés pour les demis.

– C'est sûr, même si j'ai manqué le dernier match en raison d'un enterrement de vie de jeunes filles. Mais je me suis fait envoyer le résultat par SMS.

– La France sera-t-elle championne du monde?

– Je l'espère! Mais le gros risque contre l'Angleterre, c'est de partir trop confiant, surtout après la victoire contre les All Blacks.

– Enfin, avez-vous cédé à la «chabalmania»?

– Très franchement, pas trop. Il a certes un beau corps... mais je préfère Serge Betsen!

Catherine Muller

Ton opinion