Football: «J'aurais fait voeu de chasteté»
Actualisé

Football«J'aurais fait voeu de chasteté»

Oui, George Best mettait le football avant tout le reste. Une biographie, traduite pour la première fois en français, brise certains clichés et révèle que le génial attaquant a pris sa première cuite... en Suisse! A lire absolument.

Le Nord-irlandais est décédé il y a dix ans, mais sa légende n'a cessé d'exister.

Le Nord-irlandais est décédé il y a dix ans, mais sa légende n'a cessé d'exister.

Tout le monde connaît ses citations, lesquelles ont fait le tour de la planète. Oui George Best aimait les femmes, de préférence les Miss Monde. Oui, il appréciait l'alcool, au point d'avoir déclaré un jour ne jamais avoir pu atteindre la mer, car un bar se trouvait entre elle et sa maison. Tout cela appartient désormais à la légende de l'attaquant de Manchester United.

Pourtant, dix ans exactement après sa mort est publié pour la première fois en français «Immortel». Cette biographie, que le «Guardian» définit comme «incontestablement la meilleure de George Best», a été traduite par Hugo Hélin et Pierre Prugneau, créateurs du fameux site Le Libéro Lyon, lequel traite de l'actualité de l'Olympique Lyonnais avec humour et pertinence. Ils y ont passé plusieurs nuits, mais peuvent être fiers du résultat: la traduction est parfaite, rythmée, précise.

Surtout, le livre de Duncan Hamilton permet de casser les clichés, notamment celui selon lequel le génial Nord-irlandais aurait été victime de son penchant pour la boisson. «C'est faux. C'est le football qui l'a détruit», explique cette biographie. «Perdre était une faiblesse. Un tel caractère -et le comportement qui l'accompagnait- rendait impossible d'envisager ne serait-ce que l'idée de la défaite fût-elle à la régulière». Alors, pour oublier, Best a commencé à boire. Trop. Et cela, dès le début des années 70. «Les dates coïncident avec le début de ce sinistre hiver, quand United abandonna définitivement sa suprématie et que la médiocrité devint la norme. Best ne pouvait pas supporter ça.»

Bien sûr, au début, il éliminait facilement l'alcool, le génial attaquant. Le livre révèle d'ailleurs qu'il a pris sa première cuite... en Suisse! C'était en 1964 et Best avait été envoyé par United jouer un tournoi amateurs à Zurich, organisé par les Blue Stars. Cette compétition existe encore, d'ailleurs. Là, après la victoire, Best, âgé de 18 ans, a... vomi toute la nuit. Sa première visite en Suisse a donc été mémorable.

Ce livre permet de rappeler à quel point il était un footballeur formidable, qui plaçait le ballon rond au centre de tout. Ainsi, il a déclaré un jour que s'il devait choisir entre sortir avec des mannequins et gagner deux Coupes d'Europe, «il aurait fait voeu de chasteté».

Le grand mérite de cette biographie de 448 pages qui se lisent d'un trait est donc d'entrer dans les détails et de ne pas se limiter aux citations. Celles-ci, tout le monde les connaît, même sans savoir qui était réellement George Best.

Après avoir dévoré ce livre, chaque lecteur en ressortira en sachant un peu mieux qui était ce personnage complexe. Au-delà de la légende, dans la vérité.

Immortel, de Duncan Hamilton. Disponible dans toutes les librairies, y compris en ligne. (20 minutes)

Ton opinion