Attentats à Paris: «J'aurais pu être au Bataclan»
Actualisé

Attentats à Paris«J'aurais pu être au Bataclan»

Le programmateur du Paléo était à Paris vendredi soir, au moment des attentats qui ont fait au moins 129 morts et plus de 350 blessés.

1 / 277
kein Anbieter
23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

BFM TV
16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

Capture d'écran BFM TV

Jacques Monnier, programmateur de Paléo, se trouvait dans la capitale française pour assister au festival des Inrocks. Vendredi, il a navigué entre plusieurs salles de concert, évitant de peu de se rendre au Bataclan, théâtre de l'une des attaques sanglantes: «J'aurais pu être au Bataclan, le groupe Eagles of Death Metal m'intéressait, mais je suis finalement allé assister à un autre concert à La Cigale. Un lieu avec une configuration semblable à celle du Bataclan, cela aurait pu se passer là», raconte-t-il dans «La Côte».

C'est finalement par un SMS envoyé de Suisse que Jacques Monnier a pris connaissance des fusillades. «Très touché» par les événements, il pense à certaines connaissances, blessées dans les attaques: «Je connais beaucoup de gens du milieu qui travaillent dans les salles, ou des journalistes. Certains sont blessés, je n'ai pas de retour de tous. Je suis très touché. C'est la première fois qu'un événement me marque autant», explique-t-il, avant de songer à la chance qu'il a eue: «Tu te dis que tu as de la chance d'avoir choisi une salle différente. Ça tient à pas grand-chose.»

«L'ambiance était lourde, pesante»

Le programmateur du Paléo décrit l'atmosphère «lourde» et «pesante» qui régnait dans les rues parisiennes après la série d'attentats: «Vendredi vers minuit, il n'y avait pas l'activité habituelle de Paris, dit-il. L'ambiance était lourde, pesante. Nous ne savions pas trop ce qui se passait, les gens disaient que cela pouvait continuer.»

Ayant prévu d'assister à un concert de U2 samedi soir, Jacques Monnier est finalement rentré en Suisse dans la journée. Depuis, il scrute les réseaux sociaux pour avoir des nouvelles de ses amis et connaissances. (20 minutes)

Ton opinion