Justice genevoise: «J'avais confiance en lui et il le savait»
Actualisé

Justice genevoise«J'avais confiance en lui et il le savait»

Deux hommes ont comparu jeudi pour avoir contraint une jeune fille, entravée et aveuglée, à des rapports sexuels. Elle était la petite amie de l'un d'eux.

par
Irène Languin

«C'était un petit non». Voilà comment José*, 31 ans, a justifié le fait d'être passé outre les refus successifs de sa compagne durant la nuit du 16 au 17 mars 2008.

Nancy*, alors âgée de 19 ans, était venue chez lui ce soir-là. Après une bière, José lui propose un rapport sexuel à trois avec Peter*, colocataire du prévenu. Refus catégorique. Malgré la résistance de son amie, José lui attache les mains dans le dos avec un serre-joint. Il l'emmène dans la pièce voisine, lui bande les yeux et l'attache avec un câble au radiateur.

Alors que la jeune femme ne voit rien, José invite d'un geste Peter à se faire prodiguer une fellation, puis à sodomiser Nancy. Cette dernière est convaincue de coucher avec son petit ami. Lorsqu'elle parvient a dégager ses yeux, c'est Peter qu'elle voit nu derrière elle. «C'était immonde, j'étais sous le choc», a déclaré jeudi, en larmes, cette fille de notables devant le Tribunal correctionnel genevois. L'étudiante dit n'avoir toujours pas retrouvé le sommeil. «J'avais confiance en José et il le savait, a-t-elle sangloté. Mais je n'étais qu'un objet».

La Cour reproche encore à José d'avoir ensuite abusé de Nancy, toujours entravée, en la pénétrant notamment avec une bouteille alors qu'elle s'était opposé à cette pratique. Nerveux, l'accusé a assuré regretter une partie de ses actes. Il a par ailleurs avoué trouver normal que ses partenaires «vomissent lors de pipes trop appuyées». Suite de l'audition des témoins vendredi.

*prénoms d'emprunt

L'aveu

«Ce que nous avons fait subir à Nancy est monstrueux. Ce sera impossible pour elle à oublier. C’est un viol collectif.»

Peter, co-accusé d’acte d’ordre sexuel commis sur une personne incapable de résistance ou de discernement, reconnaissant sa culpabilité.

Ton opinion