Voile: «J'avais parié sur Francis Joyon»
Actualisé

Voile«J'avais parié sur Francis Joyon»

Alan Roura est heureux que le Français ait gagné l'épreuve. Dans sa catégorie, le Genevois pointe au sixième rang.

par
Yv. D.
Alan Roura est heureux d'enfin voir les Alizés.

Alan Roura est heureux d'enfin voir les Alizés.

Alors que Francis Joyon et François Gabart ont passé la ligne d'arrivée lundi, la course en Imoca fait rage. C'est toujours le Britannique Alex Thomson qui mène la flotte, tandis qu'Alan Roura et «La Fabrique» pointent à la sixième position.

Le Suisse était très heureux de voir Joyon s'imposer, racontait-il lundi sur le site de La Fabrique: «J'avais parié sur Francis Joyon au départ, alors cette nuit j'étais content. C'est fantastique la bagarre qu'il a menée jusqu'au bout. Ce n'est pas forcément le bateau le plus rapide qui arrive devant, c'est un des enseignements de cette Route du Rhum. Je ne connais pas vraiment Francis, je le croise comme ça, mais c'est un personnage qui me fait rêver et c'est quelqu'un de gentil, d'accessible. Bravo Monsieur Francis Joyon, un grand homme et un grand marin! Une leçon aussi. Un bateau de cette âge là, et le bonhomme Ouaaahhh, je suis fan!»

En course, le Genevois prend aussi du plaisir. Il l'a écrit sur sur son carnet de bord: «Depuis hier je suis dans les alizés et c'est une bonne chose! Moins de 2000 milles pour le Ti Punch, ça commence à ressembler au sprint final »

Francis Joyon remporte la Route du Rhum

A l'issue d'un duel plus serré que jamais avec François Gabart, Francis Joyon a remporté sa 1re la Route du Rhum dimanche.

Placé à 664 milles du leader britannique, Roura espère surtout distancer ses poursuivants: «Pour le moment je tiens des vitesses plus hautes que mes petits copains de derrière, l'idée est de les contrôler et les distancer au maximum. Pas facile à faire, on a les trois mêmes bateaux pour le coup. Sauf que moi, j'ai des foils, alors on va voir comment ça se passe. Pour le moment c'est assez hallucinant: le bateau part à des vitesses de dingue, je dors à 23 noeuds, j'attaque!»

Maintenant que la route semble assez directe et que la météo s'est stabilisée, le marin suisse veut filer le plus vite possible: «Je suis assez hésitant encore sur la voilure à tenir pour aujourd'hui, racontait-il lundi. J'ai un bon 20 noeuds de vent au portant et ça, «Bibiche» aime ça, le portant. Alors un petit AC/DC pour embellir cette merveilleuse journée et HOP!»

Lundi à 22 heures, Roura était à 1920 milles de l'arrivée en Guadeloupe.

Ton opinion