Bastian Baker: «J'en ai fini avec la danse, je reprends ma guitare!»
Actualisé

Bastian Baker«J'en ai fini avec la danse, je reprends ma guitare!»

Eliminé samedi soir de «Danse avec les stars», le Vaudois est aussitôt revenu en Suisse. Nous l'avons joint dimanche sur la route du retour.

par
Fabrice Aubert

Bonjour Bastian, comment vous sentez-vous au lendemain de votre élimination?

Je me sens bien, très bien. Serein, content de rentrer en Suisse et de pouvoir à nouveau faire ce qui me plaît. J'ai eu une semaine très difficile avec le tournage de mon clip «Hallelujah» et beaucoup de rebondissements dans les «chorés» donc c'était vraiment éprouvant. Au final on a clairement fait un mauvais prime donc l'élimination est la conséquence logique.

Vous l'avez vécue comme un soulagement?

Oui et non. Évidemment j'avais envie d'aller encore plus loin dans l'aventure donc j'étais un peu déçu de me faire éliminer. Mais en même temps je travaille tellement à côté que c'était devenu vraiment difficile à concilier. Je n'avais même plus le temps de manger ou de dormir.

Quel a été votre sentiment lors du verdict?

Sur le moment j'avais juste envie de féliciter Taïg Khris, qui reste qualifié, puisque nous sommes devenus très potes. Et je me suis dis que c'était incroyable pour le non-danseur révolté que je suis d'être arrivé aussi loin dans l'émission. C'est marrant parce qu'avec Taïg on n'en revenait pas de nos parcours respectifs et on se disait que ce serait excellent de continuer ensemble. Notre seule crainte était de nous retrouver en face à face. Ce qui est arrivé samedi...

Quel bilan tirez-vous de cette aventure?

Globalement, un bilan très positif. Je n'étais pas connu en France et j'ai réussi à créer un lien avec le public français. Il y a un très bel engouement et mon single «Hallelujah» tourne en boucle sur de grosses radios. En commençant l'émission, je craignais de me faire éliminer dans les deux premières semaines. Donc au final, j'ai réussi un beau parcours. En tous cas je suis allé le plus loin possible, j'ai toujours tout donné. C'est ma mentalité.

Vous avez senti l'impact de l'émission sur votre notoriété?

Clairement! C'est un truc de fou. Quand je suis parti à New York, je venais de commencer «Danse avec les stars» et dans l'avion, plein de gens me reconnaissaient. C'est incroyable le nombre de personnes qui suivent ce programme. Une fois, j'étais dans les rues de Paris avec des potes et on s'est arrêtés quelques minutes pour réfléchir où on voulait aller manger. En quelques secondes, les gens sur les terrasses se sont retournés sur nous. C'est assez fou. Mais après chacun peut gérer comme il l'entend. Il est facile de se faire voir comme de passer inaperçu à Paris.

Allez-vous rester en contact avec des personnes de l'émission?

C'était une aventure très chouette avec plein de rencontres sympas. En dehors des stars, je me suis lié d'amitié avec des chauffeurs, cadreurs, danseurs, etc. Alors je vous avoue que dimanche matin j'ai ressenti de la nostalgie en me disant que je n'allais plus les voir et faire la fête avec eux le samedi soir. En plus nous, les Suisses, on avait la réputation de mettre le feu après le prime lorsqu'on se retrouvait tous pour boire un verre et échanger, donc ils se demandaient comment ils allaient faire sans nous (rires). Comme je vais revenir souvent à Paris dans les semaines à venir, je vais évidemment revoir certaines personnes comme Taïg, Christian Millette, Denitsa Ikonomova ou Katrina mais aussi mon chauffeur, des danseurs et membres de l'équipe technique.

Est-ce que votre beau parcours vous a donné des envies en terme de danse?

Je suis fondamentalement un non-danseur donc je l'ai fait à fond pendant l'émission mais je ne vais pas aller m'inscrire à un cours de valse ou donner des cours de rumba.

Et une nouvelle inspiration pour la scène?

Je reste un chanteur avec sa guitare. Et par rapport à mon style, ça ne collerait pas d'avoir des danseurs qui feraient des chorégraphies. J'essaie de mettre le moins de paillettes possibles.

Dans un futur proche, quel est votre programme?

Lundi, on va mixer le son du DVD de mon concert à Montreux qui sortira le 7 décembre. Puis je reprendrai les répétitions avec mon groupe en vue de mes quatre concerts en Suisse allemande. Après je retourne à Paris pour les premières parties de Nolwenn à l'Olympia et mon concert à la Cigale. Et dés le début de l'année prochaine, je vais rentrer en studio pour enregistrer toutes les nouvelles chansons sur lesquelles je travaille depuis quelques temps pour mon nouvel album. On travaille aussi sur une tournée en France et en Belgique pour le printemps prochain. J'en ai fini avec la danse, maintenant je reprends ma guitare (rires).

Vous vivez donc dorénavant en Suisse?

On a quitté dimanche notre pied-à-terre parisien mais en fait je n'ai pas vraiment de chez moi. En Suisse, je vis entre chez moi, chez des potes, chez mes parents ou ma grand-mère.

Ton opinion