Haute-Savoie (F): «J'en avais les larmes aux yeux»
Actualisé

Haute-Savoie (F)«J'en avais les larmes aux yeux»

Un éleveur a perdu 14 vaches dans une présumée attaque de loup. Affolées, elles ont sauté dans le vide. L'agriculteur se confie.

par
Faïrouz Khaïry
L'expert qui a examiné les bêtes n'a pas pu affirmer que c'était une attaque du prédateur.

L'expert qui a examiné les bêtes n'a pas pu affirmer que c'était une attaque du prédateur.

«Je ressens une immense tristesse, c'étaient des bêtes de concours, triées sur le volet. Elles avaient une valeur inestimable pour moi!» Christian Rannard, éleveur de vaches laitières à La Roche-sur-Foron (F), est ému. Il y a plus d'une semaine, le quadragénaire a appris avec effroi que plus d'un tiers de son troupeau, basé sur un alpage au-dessus d'Annecy, s'était jeté d'une falaise, probablement effrayé par un loup.

«Les vaches qui sont tombées ont dû être hélitreuillées. C'était un horrible spectacle à voir, j'en avais les larmes aux yeux», confie l'agriculteur. L'expert qui a examiné les bêtes n'a pas pu affirmer que c'était une attaque du prédateur, vu qu'elles n'ont pas été mordues. Toutefois, la pré­sence du loup dans ce secteur a été confirmée par les autorités françaises.

Indemnisation

Au bénéfice du doute, l'éleveur sera donc indemnisé par l'Etat français à hauteur de 860 euros (environ 1030 fr.) pour chaque tête de bétail.­ «Nous négocions, car elles valent plus, mais nous sommes tellement affectés que rien ne pourra soulager notre peine», explique Christian Rannard.

Et cet épisode noir ne va peut-être pas s'arrêter là. En ­effet, les 22 vaches qui ont été épargnées sont restées sur le même alpage. «Je le loue, alors je ne peux pas vraiment faire autrement. On craint évidemment qu'il y ait une nouvelle attaque», se désole le paysan, inconsolable.

Ton opinion