Dujardin en interview: «J'espère que le public va suivre notre délire»
Actualisé

Dujardin en interview«J'espère que le public va suivre notre délire»

L'acteur français a connu un triomphe avec «The Artist», hommage au cinéma muet de Michel Hazanavicius, réalisateur des films «OSS 117».

par
Caroline vié
Cannes
Jean Dujardin et Bérénice Bejo.

Jean Dujardin et Bérénice Bejo.

Pensiez-vous venir à Cannes avec ce film?

Quand on tourne, on est dans l'instant. On n'a pas le temps de songer à ce genre de choses. On se concentre en essayant de faire le meilleur film possible. C'était tellement magique de tourner à Hollywood…

La parole ne vous a pas trop manqué?

En fait, non, mais il y a longtemps que je travaille ma gestuelle, notamment pour les rôles comiques. Il y avait quelque chose de libérateur à l'idée de m'exprimer avec mon corps. Si on me proposait un autre film muet, je dirais oui, mais je ne crois pas que nous ayons lancé une mode.

Ce projet a-t-il été difficile à monter financièrement?

Beaucoup de producteurs trouvaient le concept génial, mais refusaient de prendre le risque! Il est difficile de dénicher de l'argent pour un long métrage muet en noir et blanc quand «Avatar» cartonne au box-office. Je trouve cependant excitant de revenir aux fondamentaux du cinéma.

Vous êtes-vous amusé pour la scène des claquettes?

J'ai adoré cela même si c'était un gros boulot et qu'il m'a fallu quatre mois de travail acharné pour être crédible dans ce numéro musical. J'aime danser et j'ai pris un plaisir à le faire avec Bérénice Bejo que j'adore. Nous ­avions l'impression d'avoir voyagé dans le temps.

Qu'attendez-vous de la projection cannoise?

J'espère que le public sera prêt à nous rejoindre dans notre délire. Je suis si fier du film que je suis à la fois impatient et excité à l'idée de le montrer.

Ton opinion