ATP - Masters Londres: «J'étais tout près»
Actualisé

ATP - Masters Londres«J'étais tout près»

Roger Federer ne signera pas le hat-trick à la O2 Arena de Londres. Double tenant du titre, il a abandonné sa couronne du Masters au Serbe.

Novak Djokovic remporte son deuxième titre des Masters.

Novak Djokovic remporte son deuxième titre des Masters.

Le no 1 mondial s'est imposé 7-6 (8/6) 7-5 devant la Bâlois en finale pour cueillir son deuxième Masters, quatre ans après son succès à Shanghaï devant Nikolay Davydenko. A chaque fois dans les cordes dans les deux sets, le Serbe a forgé sa victoire en s'appuyant sur sa meilleure arme: sa haine viscérale de la défaite. Déjà cette semaine contre Andy Murray, Tomas Berdych et Juan Martin Del Potro, Nole avait su retourner des situations qui semblaient fort compromises. Contre Federer, il fut à cinq reprises à deux points de perdre le premier set avant de sauver deux balles d'égalisation à une manche partout lorsqu'il fut mené 5-4 40-15 dans le second.

On peut être mené un set à rien après avoir pourtant remporté treize des quinze premiers points du match ! Roger Federer en a fait l'amère expérience à la O2 Arena. Malgré un départ canon, le Bâlois devait laisser le gain de la première manche à son adversaire. Avec ses trois fautes directes en revers et une première balle en panne (2 sur 7), il n'a pas su témoigner de toute la rigueur voulue dans ce tie-break.

Roger Federer a eu l'immense mérite de repartir au combat avec une ardeur décuplée. Et pourtant il ne devait pas ignorer qu'il n'avait jamais battu Djokovic après avoir perdu le premier set... Il pouvait ravir d'entrée le service de Djokovic sur sa quatrième balle de break. Plus offensif que lors de la première manche, le Bâlois pouvait conserver ce break d'avance jusqu'à 5-4. Dans ce fatidique dixième jeu, il a mené 40-15 avant de perdre les quatre points suivants sur quatre fautes directes. Quel gâchis !

Djokovic pouvait ensuite reprendre le commandement pour mener 6-5 et placer Federer le dos au mur. Dans ce douzième jeu, l'homme aux 17 titres du Grand Chelem et au 6 Masters ratait deux coups droits et un revers avant de voir sur la balle de match filer le long de la ligne un passing imparable en revers de Djokovic. Une balle de match gagnée avec un certain panache.

«Un année fantastique»

«J'ai été deux fois devant au score. Mais il a été le meilleur au finish. Bravo à lui !» Roger Federer est bon perdant. Il reconnaissait les mérites de Novak Djokovic.

«J'ai pris du plaisir à jouer cette finale. L'intensité était bien là. Le public très présent aussi», poursuivait-il. Déçu de l'issue de cette partie - il avait tout de même mené 5-4 40-15 sur son service au second set -, le Bâlois reconnaissait qu'il était «passé tout près de la victoire. Le fait d'avoir perdu à quatre reprises mon service me dérange. Cela ne doit pas se produire même s'il convient de reconnaître les mérites de Novak».

Pour Roger Federer, 2012 fut «une année fantastique avce quatre vainqueurs différents dans les tournois du Grand Chelem. Je suis fier d'être l'un d'eux». Après deux semaines de vacances, il entamera sa préparation pour la prochaine saison par le biais d'une tournée en Amérique du Sud. «J'ai besoin de m'entraîner davantage en 2013 qu'en 2012, précise-t-il. J'ai mal joué à Shanghaï et à Bâle. Heureusement, j'ai retrouvé mes sensations cette semaine à Londres».

L'homme aux dix-sept titres du Grand Chelem a rappelé qu'il se donnait peu de chances de disputer le premier tour de la Coupe Davis de Genève contre la République tchèque au début février. En revanche, il a annoncé son intention de toujours jouer les Swiss Indoors de Bâle. «J'ai rencontré Roger Brennwald cette semaine à Londres. Nous allons parvenir à un accord, explique-t-il. Il n'y a aucune raison que je ne dispute pas les Swiss Indoors. Je n'en fais pas une question d'argent comme la présse l'a soulevé». (si)

Ton opinion