Actualisé 05.12.2007 à 22:55

«J'imagine que je serai à Vancouver en 2010»

Stéphane Lambiel se confie à propos de son sport, de ses hobbies et de ses attentes.

– Stéphane Lambiel, que signifie pour vous «patinage artistique»?

– Il s'agit d'un mélange d'art et de créativité, enrobé d'éléments techniques.

– Avez-vous encore du temps pour vous consacrer à d'autres hobbies?

– C'est très important pour un sportif de pouvoir profiter de la vie. Tu ne peux pas toujours t'entraîner, sinon tu deviens fou. Je vais volontiers au cinéma avec des amis. La semaine dernière, je suis allé voir un ballet à Madrid. Autrement, je cuisine volontiers.

– Etes-vous satisfait de votre début de saison?

– Tout n'a pas très bien débuté en Chine. ça s'est mieux passé à Moscou, où mes progrès m'ont redonné confiance.

– Vous visez toujours l'or aux Mondiaux et aux Européens?

– Dans la vie, il faut se fixer des buts, afin de s'améliorer. Parmi ceux-ci, il y a l'envie d'être le meilleur. Il ne s'agit pas vraiment de battre les autres. Je suis seul sur la glace et je veux présenter la meilleure prestation.

– Avez-vous Vancouver 2010 en ligne de mire?

– J'imagine que j'y serai. Mais on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve.

– Préférez-vous les galas ou les concours?

– J'ai besoin de l'adrénaline de la compétition, la pression et l'obligation de briller. Mais j'aime aussi les galas. On peut y livrer plus d'émotions.

Florian Lehmann/mfr

Stéphane Lambiel et son Flamenco

Stéphane Lambiel lors des World Gala 2006

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!