Mondial 2010: Jabulani, le ballon «complètement nul»

Actualisé

Mondial 2010Jabulani, le ballon «complètement nul»

Les stars du football espagnol ont vertement critiqué le ballon officiel de la Coupe du Monde 2010, le «Jabulani», qu'ils ont trouvé trop dur et trop rapide.

Les Espagnols ne sont pas emballés par le nouveau ballon officiel.

Les Espagnols ne sont pas emballés par le nouveau ballon officiel.

«C'est dommage qu'un évènement aussi important que la Coupe du Monde doive se jouer avec un ballon aussi nul», a lancé le gardien et capitaine de l'équipe d'Espagne, Iker Casillas, devant des journalistes, dans le camp d'entraînement des rouges et or à Schruns dans l'ouest de l'Autriche.

«Cette nouvelle génération de ballons est très rapide et il n'y a pas que les gardiens qui se plaignent», a-t-il indiqué à l'agence de presse autrichienne APA.

«Il faut s'habituer»

Selon ce joueur du Real Madrid, le «Jabulani» ressemble plus à un ballon de beach volley, tout en concédant qu'il reste encore suffisamment de temps pour s'habituer au ballon officiel avant le coup d'envoi du Mondial en Afrique du sud le 11 juin. «On a encore dix jours jusqu'à la Coupe du Monde», a-t-il noté.

Son coéquipier Xavi Hernandez, le milieu de terrain de Barcelone, partage ses griefs: «C'est un ballon auquel il faut s'habituer.»

«C'est vrai qu'il est vraiment très rapide, mais il faut qu'on s'y adapte le plus vite possible», a-t-il suggéré.

Ce ballon, créé par Adidas et dont le nom signifie «célébrer» en zulu, est doté de nouvelles technologies, avait indiqué l'équipementier lors de sa présentation en décembre.

Avant les critiques espagnoles, le gardien chilien de la Real Sociedad (2e div. espagnole), Claudio Bravo, avait lui aussi comparé le «Jabulani» à un ballon de beach-volley «très compliqué, très rapide, difficile à saisir», ajoutant qu'il a été «fait pour compliquer la vie des gardiens, pour qu'ils commettent davantage d'erreurs et qu'il y ait davantage de buts.»

Benaglio se tait

«Il a une texture spéciale, qui le rend impossible à attraper avec l'humidité. Il est compliqué de calculer ses trajectoires imprévisibles», a-t-il déploré la semaine dernière.

Dans le camp suisse, le portier Diego Benaglio s'est refusé à tout commentaire, choisissant de ne pas polémiquer au sujet du ballon. Selon le dernier rempart de Wolfsburg, c'est aux gardiens de s'adapter au nouveau matériel.

Karim Benzema teste Jabulani

Frank Lampard teste Jabulani

L'avis de Kaka, Alonso et Ballack

Création de la forme parfaite

(afp)

«Ballon de beach-volley»

Le gardien de la sélection du Chili (Gr.H) Claudio Bravo ne goûte que modérément le ballon officiel du Mondial, qu'il a comparé vendredi à un ballon de beach-volley: fusant, difficile à saisir, et «fait pour compliquer la vie des gardiens». «C'est un ballon spécial, ils l'ont fait pour compliquer la vie des gardiens, pour qu'ils commettent davantage d'erreurs et qu'il y ait davantage de buts», a expliqué à la presse le portier et capitaine de la «Roja». «Il est très compliqué, très rapide, difficile à saisir».

«C'est un ballon bien particulier, semblable à un de beach-volley: au contact avec les mains, on sent davantage de poids, de mouvement que le ballon normal», a poursuivi le gardien chilien de la Real Sociedad (2e div. espagnole).

«Il a une texture spéciale, qui le rend impossible à attraper avec l'humidité. Il est compliqué de calculer ses trajectoires, imprévisibles», a ajouté Bravo, un peu démoralisé sur l'avenir du métier.

«Aujourd'hui, il est de plus en plus difficile d'être gardien à cause des ballons. Ils te compliquent les choses, parce qu'ils bougent de manière étrange, en altitude ils font des choses bizarres, et au niveau de la mer c'est la même chose», a-t-il commenté.

Le ballon officiel du Mondial, «Jabulani» (célébrer, en zoulou) est selon son concepteur l'équipementier Adidas, doté de technologies nouvelles dont un &Grip’n’Groove&, qui garantissent «une stabilité exceptionnelle et un contrôle optimal compte tenu des conditions climatiques» en Afrique du Sud.

Dans le Groupe H au Mondial, le Chili affronte le Honduras, la Suisse et l'Espagne.

Ton opinion