Scandale à la Fifa: Jack Warner s'affirme «innocent»
Actualisé

Scandale à la FifaJack Warner s'affirme «innocent»

L'ex-vice-président de la Fifa, poursuivi par la justice américaine s'est déclaré «innocent de toute accusation» mercredi.

Le Trinidadien Jack Warner, ancien président de la Confédération nord-américaine de football (Concacaf) et ex-vice-président de la Fifa, poursuivi par la justice américaine dans une offensive anti-corruption au sein de la Fifa, s'est dit mercredi «innocent de toute accusation».

«Je me suis battu sans relâche contre toutes les formes d'injustice et de corruption, a-t-il écrit sur son compte Facebook. Aucune procédure en bonne et due forme ne m'a été signifiée et je n'ai même pas été interrogé sur le sujet. Je répète que je suis innocent de toute accusation. J'ai quitté la politique du football mondial pour m'impliquer dans l'amélioration de la vie du pays où, à la grâce de Dieu, je mourrai».

«Les actions de la Fifa ne me concernent plus, a-t-il poursuivi. Je ne peux toutefois m'empêcher de remarquer que ces actions internationales coordonnées arrivent à un moment où la Fifa se réunit pour des élections afin de choisir un président qui est universellement détesté par la communauté internationale».

Ancien membre du comité exécutif de la Fifa, déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption et démissionnaire de toutes ses fonctions footballistiques en juin 2011, Jack Warner fait partie des neuf élus actuels ou passés de la Fifa poursuivis par le ministère de la Justice américain pour corruption.

Sept d'entre eux ont été arrêtés mercredi matin à Zurich à la demande des autorités américaines. Un congrès de la Fifa, avec élection de son président, est prévu jeudi dans cette ville. (afp)

Blatter doit se retirer

L'ONG Transparency spécialisée dans la lutte contre la corruption, a estimé que Sepp Blatter devait abandonner. «Ces scandales ayant eu lieu sous sa présidence. Pour le bien des supporter et la bonne gouvernance du football, il est temps qu'il se retire». Transparency estime également que «la Fifa n'est pas crédible si elle est souillée par ces allégations».

Précédent douteux

En mars 2014, Jack Warner est accusé par le «Telegraph» d'avoir été corrompu par les Qataris dans le processus d'attribution de la Coupe du monde 2022 au richissime pays du Moyen-Orient. L'ex-président de la Concacaf Jack Warner ainsi que des membres de sa famille auraient reçu environ 1,43 million d'euros (1,7 mio de francs) d'une entreprise du Qatar détenue par Mohamed Bin Hammam, alors proche des organisateurs de la Coupe du monde 2022, rapporte le Daily Telegraph.

Ton opinion