Jacques Delors: «27 pays, c'est peut être trop»

Actualisé

Jacques Delors: «27 pays, c'est peut être trop»

Lisbonne - Jacques Delors a estimé que l'Union à 27 membres pourrait «être trop» si elle ne parvenait pas à «prendre des décisions plus rapidement».

L'ancien président de la Commission européenne s'exprimait dans un entretien paru samedi dans la presse portugaise.

«Si dans les trois ou quatre prochaines années nous ne balayons pas notre capacité d'indécision (...) alors 27 pays ce sera peut être trop», a déclaré M. Delors au supplément de l'hebdomadaire de référence portugais, Expresso.

«Mais d'un autre côté, nous ne pouvons exclure les pays de l'ancienne Yougoslavie quand on connaît les drames auxquels ils font face (...). Je crois que nous ne pouvons pas les faire attendre, car ils ont besoin de l'UE pour trouver une stabilité, la paix, une reconnaissance mutuelle et surtout regagner espoir», a-t- il ajouté.

«Délimiter des frontières est en tout cas insolent», a-t-il fait valoir dans cet entretien à l'occasion du 50e anniversaire des Traités de Rome, fondateurs de l'Union européenne (UE).

Interrogé sur l'adhésion de la Turquie, cet ancien responsable européen a répondu qu'il était important de ne pas fermer des portes sinon cela pourrait «revenir à encourager des guerres et le terrorisme». «Pour la Turquie, je dis oui aux négociations, pas plus», a-t-il dit.

Pour M. Delors, l'Europe traverse actuellement «une crise de croissance». «Il faut s'interroger sur ce que nous voulons faire à 27 (...) et prendre conscience de notre diversité».

(ats)

Ton opinion