Actualisé 12.04.2017 à 10:56

VaudJacques Nicolet fâche les vétérinaires vaudois

Le candidat de l'UDC au Conseil d'Etat fait soigner son bétail par un médecin français. Ses explications créent la polémique.

von
ywe
Keystone/Laurent Gillieron

Les vétérinaires vaudois n'ont que peu apprécié les propos de l'agriculteur et candidat UDC au Conseil d'Etat Jacques Nicolet dans le portrait de candidat que lui a consacré «24 heures», le mercredi 5 avril. L'habitant de Lignerolle y avait admis faire soigner ses vaches par un médecin français. «C'est un affront à l'ensemble de la profession et en particulier aux praticiens du pied du Jura», répond la Société vaudoise des vétérinaires (SVV) dans le courrier des lecteurs du quotidien vaudois ce mercredi.

Elle rappelle également le contexte concurrentiel des prix pratiqués de chaque côté de la frontière et s'étonne que le membre d'un parti qui se targue de défendre les agriculteurs suisses face au tourisme d'achat aille, de son côté, se procurer des services moins chers en France.

Jacques Nicolet s'explique et estime que vingt-cinq ans en arrière, les médecins français avaient développé plus de compétences que leurs homologues suisses et qu'il reste désormais fidèle au même vétérinaire pour certaines prestations apportées à son troupeau. De plus, il explique que le recours aux services de praticiens de France voisine est très répandu chez les agriculteurs des régions frontalières.

Peu convaincue, la SVV conclut sa réponse en disant que les «vétérinaires vaudois sauront s'en souvenir lors des élections cantonales du 30 avril prochain».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!