Amel Bent: «J’ai dû affronter la barrière sociale, la pauvreté»
Publié

Amel Bent«J’ai dû affronter la barrière sociale, la pauvreté»

À l’affiche du téléfilm «Les sandales blanches», Amel Bent incarne une «diva des banlieues» qui lui rappelle son passé douloureux.

1 / 6
Amel Bent, 35 ans, se lance dans la comédie.

Amel Bent, 35 ans, se lance dans la comédie.

DR
Dans le téléfilm «Les sandales blanches», qui sera diffusé le 25 janvier 2021, sur France 2, Amel incarne Malika, issue d’un milieu défavorisé, qui devient cantatrice. 

Dans le téléfilm «Les sandales blanches», qui sera diffusé le 25 janvier 2021, sur France 2, Amel incarne Malika, issue d’un milieu défavorisé, qui devient cantatrice.

© Jean-Philippe BALTEL - FTV - ELOA PROD
La chanteuse révélée dans «Nouvelle Star», en 2004, tient le premier rôle de cette fiction.

La chanteuse révélée dans «Nouvelle Star», en 2004, tient le premier rôle de cette fiction.

© Jean-Philippe BALTEL - FTV - ELOA PROD

En plus de la musique, Amel Bent se lance maintenant dans la comédie. Dans le téléfilm «Les sandales blanches», qui sera diffusé sur France 2 lundi 25 janvier 2021, la Française de 35 ans incarne le premier rôle: Malika, venant dans des bidonvilles algériens de Nanterre, dans les années 1960, qui fera tout pour devenir cantatrice, malgré sa condition.

Un rôle émouvant pour l’interprète de «Ma philosophie» puisqu’il lui rappelle son parcours difficile, avant de devenir une chanteuse à succès. «Avec Malika, nous avons cet instinct de survie en commun. Pour elle, réussir dans le chant, c’était une question de survie. J’avais ça en moi à mes débuts. Je courais les castings car pour moi c’était aussi une question de survie. Comme elle, j’ai dû affronter la barrière sociale, la pauvreté», confie-t-elle à «Télé Star».

Issue d’une famille modeste vivant à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis, Amel s’était rendue à Paris à plusieurs reprises pour passer des auditions, dès l’âge de 12 ans. «Quand tu n’as pas d’argent, c’est compliqué de se lancer. Pour me rendre à mes castings, notamment celui de «Nouvelle Star» sur M6 (ndlr: en 2004), j’ai pris un train sans billet. J’ai aussi dormi dehors», se souvient-elle. De plus, Amel s’était «embrouillée» avec sa mère qui ne voulait pas qu’elle tente sa chance dans la musique, surtout pendant l’année de son bac. «C’est ça, la réalité et le message de ce téléfilm: quand tu viens d’un milieu défavorisé, tu as l’impression que tu n’en sortiras jamais», explique la coach de «The Voice» qui donne néanmoins espoir aux jeunes démunis, en leur montrant qu’il est possible de réaliser ses rêves quand on le veut vraiment.

(lja)

Ton opinion

57 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Allez y faites pareil

20.01.2021, 19:43

La plupart des commentaires sont comme d'habitude, remplis de sarcasmes et de mépris. Cette très sympathique personne nous donne une leçon : croire en soi, aller au bout de ses rêves, ceci même si la route est longue et semée d'embûches. Combien peuvent en dire autant ?

20minuteslive

20.01.2021, 15:10

c'est qui?

Rebelotte

20.01.2021, 15:05

C’est toujours tendance de se la jouer pauvrette comme Piaf.