Echo 3: Michiel Huisman a dû améliorer sa condition physique

Publié

Michiel Huisman«J’ai dû améliorer ma condition physique»

Pour son rôle d’un combattant des forces spéciales dans la série «Echo 3», Michiel Huisman s’est entraîné comme un athlète.

par
Miguel Cid
Michiel Huisman est acteur et musicien.

Michiel Huisman est acteur et musicien.

IMAGO/ZUMA Wire

Devenu mondialement connu grâce à son personnage de Daario Naharis dans «Game of Thrones», l’acteur néerlandais de 41 ans est le héros de la série «Echo 3», disponible dès le 23 novembre sur Apple TV+. Celui qui a joué dans «The Hauting of Hill House» y incarne Prince, un militaire qui fait équipe avec son beau-frère pour libérer sa femme, enlevée par des guérilleros sud-américains.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce thriller?

Il s’agit de la première série de Mark Boal, scénariste de «Démineurs» et de «Zero Dark Thirty». J’avais vraiment envie d’y participer, car j’ai adoré ses films. L’histoire se déroule dans un contexte militaire mais tourne autour de la psychologie des personnages. Les trois protagonistes, Prince, sa femme, Amber, et son beau-frère, Bambi, ont des rapports très compliqués.

Comment décririez-vous votre personnage?

Prince appartient aux forces spéciales, un choix de carrière intéressant pour un gars dont la famille est richissime. Il a vraiment envie de faire ses preuves et n’est pas très sympathique au premier abord. Je le trouve arrogant, imbu de lui-même et dominateur. C’est peut-être une vertu dans son boulot, mais ça ne fait pas forcément de lui un bon mari.

Quel entraînement avez-vous suivi pour jouer ce rôle?

J’ai dû améliorer ma condition physique, parce que ces gars des forces spéciales sont comme des athlètes. Pendant la pandémie, j’ai commencé à courir à fond et je me suis mis à la musculation. Un ancien marine nous a appris à manier les armes avant et pendant le tournage. J’ai fait de mon mieux parce que je voulais qu’il soit fier de moi!

Comment s’est déroulé le tournage en Colombie?

Je connaissais le pays parce que j’y avais emmené ma famille en vacances deux ans auparavant. Cela dit, c’est très différent d’y passer deux semaines en touriste ou huit mois à bosser. Le tournage a été parfois compliqué dans certaines zones urbaines qu’on ne pouvait pas totalement contrôler et dans la jungle, qui était difficile d’accès, torride et humide.

Ton opinion

0 commentaires