Racisme à Bellinzone (TI): «J’ai entendu ces cris de singe et j’ai baissé la tête»

Publié

Racisme à Bellinzone (TI)«J’ai entendu ces cris de singe et j’ai baissé la tête»

Deux joueurs du Stade Nyonnais font partie des footballeurs visés par des cris racistes samedi à la fin d’un match contre Bellinzone. Ils témoignent.

Des joueurs du Stade Nyonnais ont été visés par des cris racistes du public lors d’un match à Bellinzone samedi.  

Des joueurs du Stade Nyonnais ont été visés par des cris racistes du public lors d’un match à Bellinzone samedi.  

FC Stade Nyonnais

«Je sortais du terrain, très déçu qu’on ait perdu le match. Quand je suis arrivé à hauteur des tribunes pour rentrer dans les vestiaires, j’ai entendu des cris de singe. La tristesse et la honte se sont ajoutées à ma déception. Je ne savais pas comment réagir face à  tant d’hostilité.» Le footballeur comorien Kassim Hadji se dit encore «sous le choc» après les évènements qui ont émaillé la fin du match de 1re ligue Bellinzone – Stade Nyonnais (2-1), disputé samedi au Tessin. «Je n’ai jamais vécu quelque chose d’aussi rabaissant. Quand il y a eu ces cris de singe, j’ai voulu défier le public du regard mais un membre du staff tessinois m’a demandé de baisser la tête et de vite rentrer dans les vestiaires si je ne voulais pas que ça dégénère», poursuit le jeune milieu de terrain.

«Ils ont insulté, j’ai applaudi»

Ces cris de singe, Florian Danho (20 ans), natif de Toulouse et  originaire du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, les a aussi subis. «C’est la première fois que j’entends des cris racistes d’une telle ampleur. Pourtant, j’ai joué dans plusieurs régions en France et en Suisse», relève le jeune attaquant. Lors des incidents, Florian Danho indique avoir évité de réagir de manière vigoureuse. «Pendant qu’ils nous insultaient, j’ai regardé ces gens et j’ai applaudi. A leur place, j’aurais eu honte», réagit le joueur.

Ce qui m’a le plus attristé, c’est de voir des hommes et des femmes qui pourraient être mes grands-parents faire des cris racistes et des bras d’honneur alors que leur équipe a gagné. Ça aurait donné quoi si Bellinzone avait perdu?

Florian Danho, joueur du Stade Nyonnais

Directeur général du Stade Nyonnais, Varujan Symonov ne décolère pas. «Ce qui s’est passé est un scandale. Les autorités sportives doivent sévir. De notre côté, nous envisageons de déposer une plainte pénale.»

Un journaliste tessinois a banalisé les faits en me disant: «Vous savez, ici, c’est le Tessin

 Varujan Symonov, Directeur général du Stade Nyonnais

Un précédent: l’affaire Fayulu

En août 2021, un acte de racisme dans le football suisse avait été très médiatisé. La presse l’avait baptisé «L’affaire Fayulu», du nom du gardien du FC Sion visé par des cris de singe lors d’un match à Saint-Gall. Le joueur avait fini le match en pleurs. L’enquête ouverte par la commission de discipline de la Swiss Football League a été rapidement classée. «L’accusation de racisme repose sur les déclarations d’une seule personne et ne peut être prouvée de manière irréfutable. Pour cette raison, une condamnation du FC Saint-Gall serait injustifiée», avait argué l’instance fédérale. La police saint-galloise, elle, a identifié un suspect qui fait l’objet d’une procédure pour infraction à la norme pénale contre le racisme.

Le FC Bellinzone va être sanctionné

«Le Comité condamne avec la plus grande fermeté les propos racistes tenus depuis la tribune principale du Stadio Comunale par quelques spectateurs tessinois en direction de certains joueurs du FC Stade Nyonnais», a déclaré Samuel Scheidegger, président de la Première Ligue. «Conformément au règlement disciplinaire de l’Association suisse de football, «des mesures disciplinaires vont être prononcées à l’encontre du club recevant pour infraction discriminatoire commise par ses supporters», a communiqué la Première Ligue, lundi. Autorité de tutelle, l’Association suisse de football (ASF) a réagi mardi. «Nous condamnons ces incidents avec la plus grande fermeté et soutenons la Première Ligue dans ses efforts pour les élucider et les sanctionner», a déclaré  Robert Breiter, secrétaire général de l’ASF. 

 

(apn)

Ton opinion