Musique - Arma Jackson vient d'enfin publier son premier album
Publié

Arma Jackson«J’ai quitté ma chambre pour sortir de ma zone de confort»

Révélé il y a un bail sur les réseaux sociaux, le Lausannois Arma Jackson vient enfin de sortir son premier album, «Idéal».

par
Fabien Eckert

Il a pris son temps et il a bien fait. Après ses capsules enregistrées dans sa chambre qui l’ont fait connaître dès 2016, puis une signature avec le label de Youssoupha et la sortie de deux EP, voilà qu’Arma Jackson, 26 ans et lauréat d’un Swiss Music Award, a publié son premier album. Les clips tirés de la galette dépassent les 2 millions de vues sur YouTube. Il sera à voir au Montreux Jazz et au Festival de la Cité à Lausanne. La route vers le succès semble tracée.

Comment vous sentez-vous peu après cette sortie?

Trop bien. Je suis soulagé. J’avais envie de publier cet album depuis un bon moment. J’ai que des bons retours, c’est la folie. Je suis supercontent.

Pourquoi ce titre, «Idéal»?

Ça fait écho au fait que je parle dans tout l’album de mes ambitions et de la vie dont je rêve, la vie idéale d’Arma Jackson.

Il y a beaucoup de styles sur ce disque, en plus du hip-hop.

C’est juste. Il y a de la pop et même de la house. Je m’inspire d’énormément de choses, je suis curieux de tout. Le challenge était d’arriver à me canaliser. On me reproche souvent d’être trop éparpillé. J’aime mixer les genres et créer des fusions musicales.

Arma, vous êtes plus un rappeur ou un chanteur?

Je n’arrive pas à choisir! J’espère en tout cas que le mélange est harmonieux. Après, je me fiche que je sois chanteur ou rappeur. Tant qu’on m’appelle, ça me va!

Auparavant, vous faisiez tout, tout seul, depuis votre chambre. Et là?

J’ai eu envie de ne plus tout produire par moi-même. Trois compositeurs m’ont aidé à terminer des morceaux. C’était la première fois aussi que je bossais avec un directeur artistique. J’ai quitté ma chambre pour sortir de ma zone de confort. C’était important de le faire. Les avis extérieurs m’ont nourri.

Quid de votre duo avec le Genevois Di-Meh sur le titre «Strass»?

Il s’est fait naturellement. On a fait plusieurs titres. C’est devenu un pote. Je suis pour que la scène rap collabore et soit soudée. Plein d’artistes, dont lui, s’exportent. Ça fait plaisir. 

Ton opinion