«La rage au ventre»: Jake Gyllenhaal joue avec ses tripes
Actualisé

«La rage au ventre»Jake Gyllenhaal joue avec ses tripes

Le comédien s'est donné à fond pour incarner un boxeur dans «La rage au ventre».

par
Catherine Magnin

Champion de boxe, Billy n'est pas une petite nature. Tout en muscles et en hargne, il sue, donne et encaisse les coups, pisse le sang sans se plaindre. C'est son boulot, et il y excelle. Comme Jake Gyllenhaal, qui l'interprète. Le comédien, passé de la maigreur de charognard (dans «Night Call») à une carrure de taureau, y a mis du sien. Et pas seulement en prenant des muscles.

L'acteur a manifestement pris des coups pour aller chercher des émotions et des sensations qui suintent de tous ses pores. Sa performance, à la frontière entre art et sport, est impressionnante, au point que d'aucuns placent déjà Gyllenhaal dans la course aux prochains Oscars.

On en regrette d'autant plus qu'une telle énergie n'ait pas eu droit à plus bel écrin. Le scénario de «La rage au ventre» est on ne peut plus conventionnel: un boxeur au sommet de sa gloire perd tout, femme, flouze et garde de sa fille. Ce battant décide de repartir à zéro sous les ordres d'un coach à l'ancienne (Forest Whitaker) pour tenter un ultime combat qui rime avec rédemption.

D'autres grands films de boxe reposent sur des scénarios tout aussi basiques, comme «Fighter», de David O'Russell, avec Christian Bale et Mark Wahlberg. Le réalisateur Antoine Fuqua, lui, échoue à passer l'épaule pour tirer de «La rage au ventre» autre chose que le spectacle offert par Jake Gyllenhaal. Lequel, avec la meilleure volonté du monde, ne peut pas tout faire tout seul.

«La rage au ventre»

D'Antoine Fuqua. Avec Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker.

Sortie le 19 août 2015

**

Ton opinion